Abonnez-vous

En vous abonnant, vous acceptez notre politique de confidentialité.

Conso

Vivre en mode minimaliste, quésako ?

©Kostsov/Shutterstock

On connaît le mouvement du minimalisme, cet art né aux États-Unis dans le milieu des années 60. Mais il s'agit aussi aujourd'hui d'un mode de vie - à la japonaise - consistant à se débarrasser du superflu et à ne vivre qu'avec l'essentiel. ID fait le point sur cette philosophie qui tourne le dos à la surconsommation.

Dans les dossiers pédagogiques du Centre Georges Pompidou, on peut lire que le minimalisme a été "interprété comme une réaction au débordement subjectif de l’Expressionnisme abstrait et à la figuration du Pop art, (étant) caractérisé, entre autres, par un souci d’économie de moyens." L'architecte allemand Ludwig Mies van der Rohe est à l'origine du principe-fondateur du minimalisme : "Less is more". Plus qu'un art, le minimalisme est aussi devenu un véritable art de vivre.

Dominique Loreau est l'"une des grandes inspiratrices" de ce mouvement, remarque le quotidien Les Échos. Cette Française installée au Japon est notamment l'auteure d'un livre intitulé "L'Art de la simplicité", publié en 2006 et vendu à plus de trois millions d'exemplaires dans le monde. L'ambition de cet ouvrage : faire découvrir aux lecteurs "un mode de vie zen, directement issu de l'art de vivre japonais, reposant sur le principe du 'moins pour plus'". Comment ? En nous apprenant à épurer notre intérieur, à vider nos armoires, à oublier les achats compulsifs, à manger plus frugal, à prendre soin de son corps...

Pas seulement du désencombrement

Mais attention, selon les auteurs et podcasters américains Joshua Fields Millburn et Ryan Nicodemus, derrière le site Web The Minimalists - où ils partagent leurs expériences depuis 2010 -, le but du minimalisme n'est pas seulement de se débarrasser des biens matériels. "Les minimalistes ne se concentrent pas sur avoir moins, moins, moins. Nous nous efforçons de faire de la place pour plus : plus de temps, plus de passion, plus de créativité, plus d’expériences, plus de contribution, plus de satisfaction, plus de liberté." 

"Les minimalistes cherchent le bonheur non par les choses, mais par la vie en elle-même ; c’est donc à vous de déterminer ce qui est nécessaire et ce qui est superflu dans votre vie", précisent également les auteurs sur leur site. Avec ses essais et ses podcasts, le duo entend nous présenter des pistes pour atteindre un style de vie minimaliste "sans adhérer à un code strict ou à un ensemble arbitraire de règles".

Cet art de vivre inspire également de nombreux blogueurs engagés : au Québec, la chaîne "Vivre avec moins" donne à ses 28 500 abonnés des astuces pour un quotidien minimaliste :

En France, Pierre Chevelle, auteur de Changer le monde en deux heures (Broché, 2015) et conférencier, partage notamment son expérience en vidéo : 

 

Aller plus loin

-Pour en savoir plus sur le minimalisme, direction le documentaire Minimalisme de The Minimalists sur Netflix.

- Pour faire de la place dans son intérieur : relire notre article "Cinq étapes pour désencombrer son intérieur". Un coup de pouce également pour donner ses vêtements en quelques clics :