# AGIR AU QUOTIDIEN

Tri sélectif : comment bien recycler ses déchets

Chaque Français produit 573 kg de déchets par an selon l’Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie.
©Photographee.eu/Shutterstock

Et si on triait enfin vraiment nos déchets sur le volet ? ID fait le point sur le tri sélectif.

La quantité de déchets a doublé en 40 ans en France. Chaque Français en produit 573 kg par an selon l’Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie (Ademe). S’il faut avant tout veiller à en produire moins notamment pour préserver les matières premières, il est aussi primordial de savoir où les jeter pour qu’ils ne finissent pas trop facilement incinérés ou stockés.

Vert, jaune, bleu, gris…

Selon la consigne nationale, le bac gris concerne les ordures ménagères, le bac vert les emballages en verre, le bac jaune les emballages à déposer en vrac (briques, carton, plastique, métal) et le bac bleu tous les papiers (journaux, magazines, livres, cahiers, enveloppes…).

Verre : on trie les bouteilles, les pots, les bocaux, quelque soit leur taille : pas besoin de les laver, il suffit de les vider. La vaisselle, les plats en verre et les miroirs ont une composition différente et ne se recyclent pas. On les amène à une structure de réemploi ;

Emballages en papier ou en carton : On trie les boîtes de céréales, de pizza, les briques alimentaires, les livres, les cahiers… Mais les cartons de déménagement ou d’appareils électroménagers sont trop volumineux pour le bac de tri, on les dépose en déchetterie. Attention à ne pas imbriquer les emballages entre eux ;

Emballages en métal : on trie les canettes, les boîtes de conserve, les aérosols, les barquettes en aluminium, les couvercles en métal notamment ;

Bouteilles et flacons en plastique : on trie les bouteilles d’eau et d’huile, les flacons de shampooing, de gel douche et de liquide vaisselle… Les jouets en plastique ne se recyclent a priori pas, on les amène à une structure de réemploi. Mais cela dépend de notre commune : certaines testent le recyclage de tous les plastiques, dans ce cas nous n’avons pas de restriction sur les plastiques à trier. Il n’est pas nécessaire d’enlever le bouchon des bouteilles en plastique, celui-ci se recycle aussi.

Attention, la couleur des bacs et les consignes de tri peuvent varier localement et la plupart des collectivités diffusent des guides de tri à conserver précieusement chez soi. On se rend sur le site de sa mairie ou on tape sur Internet les mots-clés "tri sélectif" + le nom de sa commune pour en savoir plus (voici les liens pour les grandes villes : Paris, Lille, Marseille, Lyon, Nantes, Toulouse, Nice, Strasbourg, Montpellier, Bordeaux, Rennes).

Et mes déchets plus occasionnels ?

Lampes : les lampes fluocompactes et à LED et les lampes halogènes doivent être apportées dans les points de collecte prévus à cet effet dans certains magasins ou directement chez le distributeur qui a pour obligation de reprendre une lampe usagée lors de l’achat d’une lampe neuve.

Appareils électriques et électroniques : on les ramène chez le distributeur qui doit reprendre un équipement usagé lors de l’achat d’un appareil neuf. On veille aux collectes éventuellement organisées par notre collectivité. Si ces appareils fonctionnent encore, pourquoi ne pas les donner à des associations ou à des entreprises d’insertion (Emmaüs, ressourceries de sa région, ENVIE…) ?

Vêtements et chaussures : on apporte ses vêtements, ses chaussures et son linge de maison dans les différentes bornes de collecte : la plateforme La Fibre du tri a répertorié celles-ci à cette adresse. Ils ne doivent pas être souillés et/ou humides. On pense aussi au don à des associations ou à la vente en ligne.

Piles : on dépose ses piles dans les points de collecte prévus à cet effet chez les distributeurs, dans les déchetteries mais aussi dans des mairies, des écoles et même des entreprises.

Médicaments : périmés ou non, on ramène ses médicaments en pharmacie, et ses radios également.

Encombrants : on vérifie les jours d’enlèvement prévus avec sa commune sur le site de sa mairie.

Quant aux biodéchets…

Les biodéchets comprennent les déchets alimentaires et les autres déchets naturels biodégradables. On parle plus précisément des déchets de cuisine, les épluchures de légumes par exemple, des déchets verts du jardin, comme la tonte de gazon, les tailles de haie ou les fleurs fanées, ou des déchets en cellulose comme l’essuie-tout. Et si on les compostait en suivant ce guide de l’Ademe ?

Les symboles du tri à la loupe

Au-delà des consignes, les symboles du tri présents sur nos produits du quotidien peuvent nous aider à mieux recycler. Ils sont toutefois divers et variés et peuvent prêter à confusion. Voici la signification de la plupart d’entre eux :

©Gaël Nicolet/ID

Encore un doute…

Si l’on se questionne encore sur le meilleur endroit où jeter un de nos objets, on peut se rendre sur la plateforme "Que faire de mes déchets ?" proposée par l’Ademe. On tape le nom de l’objet en question et l’on obtient une réponse précise sur l’endroit où s’en débarrasser avec une explication sur ce que cet objet va devenir. La plateforme nous indique les lieux de collecte les plus proches de chez nous. On peut aussi télécharger l’application Le Guide du Tri, qui a cartographié plus de 50 000 points de tri en France.

 

A lire aussi
Poster un commentaire
Vous devez être connecté pour poster un commentaire.
Déjà membre ? Je me connecte.
Je ne suis pas encore membre, Je crée mon compte.