Abonnez-vous

En vous abonnant, vous acceptez notre politique de confidentialité.

INFO PARTENAIRE

Sapin de Noël : vers quelles solutions écologiques se tourner ?

On estime à 6,1 millions, le nombre de sapins naturels vendus en France chaque année à Noël.
©SvetMedvedeva/Shutterstock

Ce mois de décembre marque le lancement des festivités de Noël. Si les traditionnels sapins sont ainsi pris d’assaut sur les marchés, ceux-ci posent aussi question en termes de pollutions. Quelles sont les alternatives pour une déco plus écolo ?

Les fêtes de fin d’année approchent et avec elles, l’épineux problème du sapin de Noël. En France, il s’en vend chaque année quelque 6 millions : il est la star de la saison que l’on s’arrache au mois de décembre. Mais celui-ci est également responsable de 52 % des émissions de gaz à effet de serre liées aux décorations de Noël. En cause notamment, une culture qui pèse sur les ressources naturelles, l’usage de produits chimiques, ou encore l’impact carbone lié au transport de celui-ci. Quelles sont les alternatives les plus écologiques ?  

Du made in France labellisé

Si l’on tient au sapin naturel, mieux vaut veiller à sa provenance. Nombreux sont ceux cultivés en France sur des parcelles qui leur sont dédiées. L’Agence de la transition écologique (ADEME) conseille de se tourner vers l'un de ces labels : “Plante Bleue, MPS, Max Havelaar ou encore AB (agriculture biologique)”. Cette dernière certification garantie notamment l’exclusion de produits chimiques de synthèse sur les cultures.  

À noter également : les sapins floqués ou encore décorés de neige artificielle sont à bannir. “Ces sapins recouverts de produits chimiques ne seront pas recyclés mais incinérés avec les ordures ménagères… De plus, ils émettent des polluants dans l'air des logements”, note encore l’Agence. 

Un sapin de récup’ fait-maison 

C’est une tendance qui grandit ces dernières années. Le traditionnel arbre de Noël ne se limite plus au seul sapin vert. Désormais, on en décore avec du “fait-maison”, et on voit apparaître d’originaux sapins muraux. Avec une ficelle, un ruban, une guirlande lumineuse, on reproduit la forme d’un sapin sur le mur : une solution idéale pour les petits espaces... Et si l'on a plus de place, ils peuvent par exemple être conçus à l’aide de palette de bois, de “livres empilés” ou encore d’une “échelle en bois décorée de boules suspendues avec du fil de pêche”.  

Le sapin en pot 

Le sapin en pot, encore vivant, est une alternative intéressante. Celui-ci pourra en effet être replanté une fois les fêtes finies. En revanche, l'ADEME recommande de ne jamais trop tarder à le replanter en extérieur, au risque que ses racines s’assèchent. Durant son utilisation comme arbre de Noël, il faudra aussi penser à l’arroser et le placer près des fenêtres avec un accès à la lumière. 

Un sapin artificiel, mais durable

Autre option : le faux sapin. Il a déjà trouvé sa place dans de nombreux ménages, évitant les inconvénients des épines qui tombent par exemple. On le pense souvent plus écologique que les sapins naturels mais dans les faits, tout n’est pas si simple. En effet, il présente des atouts à condition de le faire durer dans le temps. Ces modèles en plastique sont souvent conçus en Asie, affichant un bilan carbone plutôt désastreux.  

Pour amortir cet impact, il faudra donc réutiliser son sapin artificiel année après année. L'ADEME considère qu’au moins 20 ans d’utilisation sont nécessaires pour que son usage reste intéressant. Autrement, il existe désormais des alternatives en bois, une meilleure option par rapport à ceux en plastique.  

Qu’en faire après les fêtes ?  

Que deviennent les sapins naturels une fois les fêtes passées ? Bien sûr, ceux-ci ne doivent pas être jetés à la poubelle ou sur le trottoir. Les municipalités et certains magasins ont désormais mis en place des points de collecte dédiés à la récupération des sapins de Noël. Ceux-ci sont ainsi recyclés par la voie du compostage ou du broyage. Ils serviront par exemple de paillage dans les espaces verts des communes, affirme l’Agence. Enfin, il est également possible de les déposer en déchetterie. 

Avec l'ADEME. 

Vous avez apprécié cette information ? Abonnez-vous à notre newsletter en cliquant ici ! 

Pour aller plus loin et agir à votre échelle, découvrez notre guide Idées Pratiques #11 : "Tout savoir sur l'alimentation bio".

Au sommaire : enjeux, analyses, entretien décryptages... 68 pages pour démêler le vrai du faux du bio !

Cliquez ici pour découvrir et commander votre guide Idées Pratiques.

#TousActeurs 

A lire aussi
Commentaires
Poster un commentaire
Vous devez être connecté pour poster un commentaire.
Déjà membre ? Je me connecte.
Je ne suis pas encore membre, Je crée mon compte.