Abonnez-vous

En vous abonnant, vous acceptez notre politique de confidentialité.

INFO PARTENAIRE

Noël : quel est l'impact des cadeaux sur l'environnement ?

©KucherAV/Shutterstock

À l’approche de Noël, les Français s’apprêtent à déposer des cadeaux au pied du sapin. Mais ceux-ci comptent pour 57 % des émissions de gaz à effet de serre totales de cette fête de fin d’année.

57 %. Les cadeaux de Noël sont le premier poste d’émissions de gaz à effet de serre générées par les fêtes de fin d’année. Chaque 25 décembre, estime l’Agence de la transition écologique (ADEME), plus de 300 millions de présents sont déposés au pied des sapins. Une tradition qui, pourtant, pèse lourd sur l’environnement. En effet, près de 12 millions d’entre eux sont “non-désirés”, précise l’ADEME et 1 million de cadeaux sont “directement jetés”. 27 % des Français affirment avoir déjà reçu des cadeaux de Noël qu’ils n’ont jamais utilisés. 

Les textiles, le cadeau le plus offert à Noël

Parmi les cadeaux de Noël les plus plébiscités, les Français sont particulièrement adeptes des textiles, qui en représentent 39 % - suivi des jouets pour enfants (19 %) et des livres (18 %). Sur ce volet, la fabrication d’un jean représente 25 kg d’équivalent CO2 et 51 kg de ressources mobilisées, assure l'ADEME. À l’inverse, un ouvrage de 300 pages en moyenne, en troisième position des achats préférés des Français, ne représente qu’1,1 kg d’équivalent CO2 et 0,474 kg de ressources mobilisées. 

Numérique, bijoux... les plus polluants 

Sans compter le gaspillage que représente ce type de cadeaux “non-désirés”, l’impact environnemental des objets en eux-mêmes varie selon leur nature. Ceux relevant du secteur numérique, par exemple, restent bien souvent les plus polluants. Les objets numériques et les bijoux ne représentent que 4 % des cadeaux mais sont responsables de 30 % des émissions de gaz à effet de serre

Comment limiter les impacts des cadeaux ?

Comment limiter l’impact des présents sous le sapin ? L’ADEME livre plusieurs recommandations pour éviter les erreurs, s’assurer d’offrir des cadeaux plus durables ou plus utiles. On peut alors se tourner vers des cadeaux de seconde main – comme 14 % des Français qui disent avoir déjà sauté le pas – ou encore offrir des cadeaux “dématérialisés”. “Week-end découverte dans sa région ou dans les régions voisines, massage, place de concert...”, cite notamment l'ADEME. Enfin, le bon réflexe peut également être d’accompagner systématiquement ledit cadeau par un bon d’échange. Et de toujours garder à l’esprit qu’il vaut mieux faire moins de cadeaux que de faire plein de petits cadeaux de moins bonne qualité et inutiles. 

Avec l'ADEME. 

Vous avez apprécié cette information ? Abonnez-vous à notre newsletter en cliquant ici ! 

Pour aller plus loin et agir à votre échelle, découvrez notre guide Idées Pratiques #11 : "Tout savoir sur l'alimentation bio".

Au sommaire : enjeux, analyses, entretien décryptages... 68 pages pour démêler le vrai du faux du bio !

Cliquez ici pour découvrir et commander votre guide Idées Pratiques.

#TousActeurs