Conso

Produits ménagers et cosmétiques sans eau : une évidence

©Lamazuna

Quand nous achetons des produits ménagers et cosmétiques liquides, nous payons aussi l’eau qu’ils contiennent en abondance. En passant aux alternatives solides, on réduit les emballages comme le CO2 dégagé pendant leur transport.

A quoi sert l’eau dans les produits ménagers et les produits cosmétiques ? En gros… à rien ! N’exagérons pas, elle est utile pour obtenir une texture agréable : pas de gel ni de crème sans eau. Mais cette eau n’est pas un agent actif qui va permettre de laver mieux. Et quand on la supprime, que gagne-t-on ? Beaucoup. Les emballages nécessaires se réduisent au minimum. Les produits sont moins lourds et volumineux à transporter, on économise donc aussi du gaz à effet de serre. Et le prix pour le consommateur s’en trouve, en principe, allégé.

Plus concentrés

L’idée qu’on peut réduire le pourcentage aquatique des formules avance tout doucement. Les industriels ont en effet accompli récemment quelques efforts pour nous vendre un peu moins d’eau. L’Association Française des Industries de la détergence, de l’entretien et des produits d’hygiène industrielle (AFISE) annonçait au début de ce mois le lancement prochain de « nouvelles lessives plus concentrée, avec un dosage de 55 ml par lavage au lieu de 75 ml en moyenne actuellement », lit-on dans leur communiqué. Le potentiel d’économies « est estimé à 350 000 tonnes de matières premières, 14 000 tonnes d’emballages et 17 400 trajets de camions sur deux ans », avance l’AFISE.

En poudre ou en galet

Vous voulez aller plus loin (sans fabriquer vous-même vos produits) et cesser définitivement de payer pour de la flotte ? Achetez tout simplement de la lessive en poudre. Et au rayon cosmétique, optez pour le solide, en vous souvenant que les shampoings classiques contiennent environ 80% d’eau. De plus en plus de marques bio et naturelles proposent des alternatives à cette overdose de liquide. Chez Lamazuna, on trouve des shampoings moulés comme des Canelés, des pains de rasage, des déodorants et même du dentifrice. Chez Secret de Provence, les shampoings solides prennent une forme de donut. Et pour Pachamamai, ils deviennent de jolis galets décorés de lignes courbes. On frotte ces shampoings révolutionnaires sur les cheveux mouillés. Ils moussent tout autant que les autres, lavent et prennent soin de nous tout aussi bien, mais pèsent moins sur la planète et sur nos finances !