edito

Nous pouvons tous participer à la préservation des ressources aquatiques

C'est la semaine de la pêche responsable
©travelview/Shutterstock

Depuis lundi, c'est la semaine de la pêche responsable. L'occasion de sensibiliser le public sur les enjeux de la pêche à grande échelle avec un constat alarmant, nous mangeons de plus en plus de poisson mais les réserves s'épuisent.

Cette initiative "a pour but de sensibiliser à la consommation responsable des produits de la mer partout en France pour la préservation des océans, lacs et rivières".

Organisée par le Marine Stewardship Council (MSC) et l'Aquaculture Stewardship Council (ASC), la semaine de la pêche responsable vise à interpeller les consommateurs sur les enjeux de la pêche et l'aquaculture. 

Une situation alarmante

Un récent rapport de la FAO (organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture) nous apprend que la consommation mondiale de poissons par habitant a presque doublé en cinquante ans, avec plus de 20 kilos par an. Dans ce contexte, près d'un tiers des stocks de poissons commerciaux sont à présent pêchés "à des niveaux biologiquement non viables", en d'autres termes ils sont surexploités.

En 2018, le poisson constitue la première source de protéines animales pour un milliard de personnes avec des océans sous la pression de pratiques de pêche intensives et illégales.

Les consommateurs aux manettes du changement

Sans arrêter de manger du poisson, chacun peut participer à un autre modèle de pêche mondiale, en respectant quelques principes. Le choix de produits labellisés est une balise permettant de privilégier des pratiques respectueuses des ressources et écosystèmes.

Un autre moyen, moins connu, consiste à respecter les saisons des poissons, à l'instar des fruits et légumes. Les poissons ont des cycles de reproduction qu'il est important de prendre en compte pour éviter l'épuisement des stocks. Chacun peut donc, à son échelle de consom'acteur, faire des choix qui ont des conséquences concrètes sur un système qui n'est pas tenable.

Pour commencer dès aujourd'hui, voici une carte pour faire le point sur les meilleures périodes pour consommer nos poissons, coquillages et crustacés.

©Gaël Nicolet/ID