Abonnez-vous

En vous abonnant, vous acceptez notre politique de confidentialité.

Conso

Bricolage : ManoMano va afficher l'empreinte carbone de milliers de produits de son catalogue

Pensez, avant d’acheter des produits de bricolage neufs, à plutôt les emprunter !
©Diana Rebenciuc/Shutterstock

Le site de matériel de bricolage, maison et jardin ManoMano affichera à partir d'avril l'empreinte carbone d'une partie de son catalogue, en commençant par 200 000 produits avant d'accélérer la cadence, a annoncé jeudi à l'AFP le cofondateur de la plateforme d'e-commerce.

Ce "Carbon Score" sera calculé à partir d'analyses de cycle de vie des produits, méthode préconisée auprès de ManoMano par le cabinet de conseil spécialisé Carbone 4, a expliqué Christian Raisson, cofondateur et codirigeant de ManoMano, qui figure parmi les 10 plus grosses licornes françaises (entreprises technologiques non cotées mais valorisées à plus d'un milliard d'euros).

Concrètement, le calcul se fait en additionnant les émissions de gaz à effet de serre issues des différentes étapes de production et de commercialisation du produit (extraction des matières premières, fabrication, distribution, utilisation et fin de vie).

"L'objectif, c'est d'être très collaboratif. On est allés interroger l'ensemble des bases de données, à la fois des constructeurs, chez qui la data était plutôt disponible, (...) et de nos marchands, où c'est plus compliqué surtout quand 80% des produits arrivent d'Asie", explique Christian Raisson.

Atteindre 40 % du catalogue fin 2023

Le processus de collecte a pris environ 18 mois et mobilisé une dizaine de personnes (sur un millier d'employés). Un outil de calcul a été mis en place avec la plateforme Greenly, qui accompagne les entreprises pour réaliser des bilans d'émission de gaz à effet de serre, inspiré par les méthodologies de l'Agence de la transition écologique (Ademe).

Il y aura un "temps de décollage et d'adhésion des revendeurs" car ManoMano n'est qu'une place de marché, précise Matthieu Pihery, directeur du commerce chargé du projet. L'objectif est d'atteindre 40 % du catalogue fin 2023 puis 70 % en 2024.

"On veut ouvrir le Carbon Score à tout le monde", ajoute M. Raisson, précisant que la méthodologie sera "open source" et les scores réutilisables par les marchands.

Cet étiquetage s'ajoute à l'étiquette-énergie, qui résume les performances énergétiques d'un appareil, et aux différents labels déjà existants.

De plus en plus d'entreprises calculent l'empreinte carbone des produits qu'elles commercialisent, à la fois dans une démarche présentée comme écologique mais aussi afin d'attirer une clientèle sensibilisée à la crise climatique.

Pour ManoMano, qui a dépassé en 2020 le milliard d'euros de volume d'affaires (valeur totale des ventes sur le site), l'objectif principal est que le consommateur puisse faire un "choix plus éclairé" et de rattraper "le retard du secteur" sur ces questions.

Avec AFP.

Vous avez apprécié cette information ? Abonnez-vous à notre newsletter en cliquant ici ! 

Pour aller plus loin et agir à votre échelle, découvrez notre guide Idées Pratiques #11 : "Tout savoir sur l'alimentation bio".

Au sommaire : enjeux, analyses, entretien décryptages... 68 pages pour démêler le vrai du faux du bio !


©ID

Cliquez ici pour découvrir et commander votre guide Idées Pratiques.

#TousActeurs