HUMEUR

Le burger détrône le jambon-beurre, dommage pour la planète

©Mikhaylovskiy/Shutterstock.

D’après une étude menée par le cabinet parisien Gira Conseil, le burger détrône le sandwich jambon-beurre en France, une nouvelle habitude de consommation néfaste pour notre environnement.

Selon l’enquête menée par un cabinet expert du marché de la consommation alimentaire hors domicile en France et reprise dans GQ Magazine, 1,46 milliard de hamburgers ont été vendus dans l’Hexagone contre 1,22 milliard de sandwichs au jambon-beurre en 2017. Si cela est évidemment regrettable au regard de nos traditions, cette préférence pour le snack à l'américaine est surtout très nuisible pour la planète.

Tandis qu’un jambon-beurre n’engendre que 1250 gr de CO2, le burger de base ne contenant qu’un seul steak en génère quant à lui 5000 gr, soit quatre fois plus. Et ce pour une raison simple : le burger contient de la viande de bœuf, qui rejette beaucoup plus de gaz à effet de serre que celle de porc. Les bovins, en ruminant, rejettent du méthane, un puissant gaz à effet de serre dont le pouvoir réchauffant est environ 28 fois supérieur au dioxyde de carbone (CO2).

Le burger contient aussi davantage de produits laitiers, notamment du fromage qui génère plus de gaz à effet de serre que le beurre contenu dans le typique sandwich français – même quand le beurre a été servi généreusement. Et que dire des tomates présentes dans le burger, qui ne sont de saison qu’une partie de l’année !

La mode actuelle en faveur du burger est telle que les chefs français sont bienvenus de se mettre à proposer une offre alternative de burgers végétaux, les légumes de saison ayant un très bon poids carbone. De même, les responsables de bars de cafés et de restaurants français se montreraient respectueux de la planète en développant davantage de sandwichs jambon-beurre à la qualité incontestable, pour qu'ils reprennent le leadership.