Abonnez-vous

En vous abonnant, vous acceptez notre politique de confidentialité.

Conso

La France sera "très importatrice d'électricité" cet hiver, selon RTE

Image Ulrike Leone/ Pixabay

La France sera "très importatrice d'électricité cet hiver" pour compenser un manque de production nucléaire et éviter d'éventuelles coupures de courant, a indiqué jeudi Xavier Piechaczyk, président du directoire de RTE, le gestionnaire du réseau de transport d'électricité, sur Franceinfo.

"La France est très légèrement importatrice sur l'ensemble de l'année et il faut parier sur un hiver où on sera très importateur parce qu'on a besoin de cette électricité", a déclaré M. Xavier Piechaczyk. Allemage, Royaume-Uni, Benelux, Espagne.... "On sera globalement, nous la France, importateur cet hiver de l'ensemble des pays qui nous entourent", a-t-il ajouté.

"Historiquement, la France était très exportatrice parce qu'elle avait un parc nucléaire très gros, là il s'avère qu'il a des difficultés passagères (...) (qui) vont se résoudre mais ça va prendre quelques années. Pendant ce temps on importe de l'électricité". Et "aucun pays ne rechigne à nous faire passer de l'électricité si on en a besoin", a-t-il assuré.

La France a une capacité physique d'importation de 15 GW, ce qui représente "une part utile" pour faire face à une pointe de consommation électrique de 90 GW, et "contribue à pouvoir éviter les coupures", a-t-il expliqué. Cet hiver, la France est exposée à des risques de coupures en particulier en raison d'un niveau de production d'électricité nucléaire au plus bas. La moitié de son parc de réacteurs est indisponible en raison de maintenances programmées mais parfois prolongées, ou de problèmes de corrosion.

60 % de la population concernée par les coupures

Dans ce contexte, le gouvernement va adresser aux préfets une circulaire pour anticiper et préparer leurs départements à d'éventuelles coupures programmées d'approvisionnement en électricité, qui pourraient concerner 60 % de la population mais aucun site critique ou client prioritaire. Il y a "une situation à risque mais il ne faut pas considérer ces coupures comme une fatalité", a rassuré M. Piechaczyk, en rappelant la nécessité de baisser la consommation.

La consommation d'électricité en France a diminué de 6,7 % la semaine dernière par rapport à la moyenne des années précédentes (2014-2019), une baisse "largement concentrée dans le secteur industriel", selon le dernier bilan de RTE mardi. Cette baisse, "on commence à la voir chez les particuliers, ça frémit (...) de l'ordre du pourcent", a commenté M. Piechaczyk. "En revanche on ne voit pas encore de baisse de consommation dans le (secteur) tertiaire, ça c'est un problème", a-t-il souligné.

Avec AFP. 

Vous avez apprécié cette information ? Abonnez-vous à notre newsletter en cliquant ici ! 

Pour aller plus loin et agir à votre échelle, découvrez notre guide Idées Pratiques #11 : "Tout savoir sur l'alimentation bio".

Au sommaire : enjeux, analyses, entretien décryptages... 68 pages pour démêler le vrai du faux du bio !

Cliquez ici pour découvrir et commander votre guide Idées Pratiques.

#TousActeurs