Abonnez-vous

à toute l'info durable !

En vous abonnant, vous acceptez notre politique de confidentialité.

Conso

Faire réparer ses appareils en panne, une évidence !

©ViChizh/Shutterstock

À compter de 2020, pour lutter contre le renouvellement trop rapide des objets, un indice de réparabilité sera apposé nos smartphones, nos téléviseurs, nos ordinateurs, notre électroménager... À quoi nous servira-t-il exactement ? ID fait le point.  

Calculé selon dix critères, l'indice de réparabilité représente l'une des mesures phares de la Feuille de Route pour une Économie Circulaire. L'objectif annoncé par le gouvernement : "mettre un terme à l’achat de produits peu robustes et non réparables". "Le Lab de l'indice de réparabilité"*, une enquête nationale à laquelle nous sommes tous invités à répondre ici, recueille actuellement l'avis et les attentes des consommateurs sur cet indice. Dans ce questionnaire, on peut notamment lire que l'indice de réparabilité va indiquer "la propension d’un appareil à être réparé". Les cinq catégories d’équipements bientôt concernés par l’apposition obligatoire d’un indice de réparabilité sont le lave-linge, l’ordinateur portable, le smartphone, la télévision et la tondeuse à gazon. Seront évalués : la documentation technique, l’accessibilité et le démontage, la disponibilité et le prix des pièces détachées, certaines critères spécifiques au produit évalué comme la réinstallation logicielle par exemple. Une précieuse aide pour acheter mieux, et un moyen d'inciter les fabricants à vendre des appareils davantage réparables.

Selon l'ADEME qui s'appuie sur une étude Ipsos, "les équipements de la maison peuvent représenter un enjeu aussi important que les autres postes en termes d'émissions de gaz à effet de serre (...) jusqu'à 25 %". Les ménages possèderaient en moyenne 99 équipements électriques et électroniques quand ils pensent en avoir... 34. D'où l'importance de les faire durer et de passer par la case réparation, à l'heure où seulement 38 % des Français font régulièrement réparer leurs appareils électriques et électroniques quand ils tombent en panne**.

Un geste également important pour économiser des ressources : pour fabriquer tous ces objets que nous accumulons, il faut exploiter des matières premières qui ont tendance à se raréfier. L’ADEME précise par exemple que de nombreux métaux (cuivre, argent, zinc, nickel) pourraient être en situation de pénurie en 2030, au rythme actuel de consommation et en l’état des gisements de ressources connus aujourd'hui. Sans compter que toutes les ressources ne sont pas recyclables, et lorsqu’elles le sont, elles ne le sont pas à l’infini. Près de 50 métaux constituent par exemple un smartphone, mais moins de 10 sont actuellement recyclés.

Faire jouer les garanties

Il est également essentiel de ne pas oublier les garanties qui courent sur nos appareils. On remplace parfois des équipements que l’on aurait pu faire réparer gratuitement. Les Français connaissent mal les garanties sur les achats neufs et les achats d’occasion. Pour faire le point sur ces garanties, obligatoires et facultatives, direction le guide "Comment faire durer ses objets" de l’ADEME.

Bon à savoir :

Concernant les pièces détachées, une information sur la durée de disponibilité de ces dernières, lorsqu'elles existent, doit être indiquée pour tous les biens mis sur le marché pour la première fois depuis le 1er mars 2015, selon la loi du 18 mars 2014 relative à la consommation modifiant l’article L. 111-4 du Code de la Consommation (sur le bon de commande, le bien ou tout autre support accompagnant le produit).

Faire réparer ses objets, oui mais où ?

Direction les services après-vente (SAV) des fabricants ou des distributeurs, les artisans réparateurs agréés ou indépendants, les grosses entreprises, mais également :

-Les Repair Café, des événements qui permettent de faire réparer ou d'apprendre à réparer auprès d'experts bénévoles des objets en mauvais état. Le concept est né à Amsterdam et l’on recense aujourd’hui près de 1800 Repair Café dans le monde. Pour trouver un Repair Café près de chez soi, partout en France, on consulte l’adresse : repaircafe.org.

-Le réseau ENVIE : ce réseau d'insertion propose un service de rénovation d’appareils électroménagers. Ceux-ci sont ensuite revendus à bas prix. Il est désormais possible d’y faire revivre ses équipements électroménagers pour les réutiliser soi-même auprès d’un réparateur local pour un prix avantageux, puisque des pièces détachées d’occasion sont prioritairement utilisées. La garantie est de six mois et les magasins du réseau ENVIE se retrouvent à cette adresse

-Les sites pour réparer soi-même : différentes plateformes Web mettent à disposition des tutoriels de réparation et vendent également des pièces détachées. Parmi celles-ci, Spareka, qui met en ligne des tutoriels pour diagnostiquer la panne, des vidéos pour apprendre à réparer, et un forum d’entraide pour poser ses questions. On peut également aller faire un tour sur plateforme sosav.fr. Sur apreslachat.com, on peut consulter les notices et les manuels d’utilisation de nos produits et échanger sur un forum d’entraide.

*Un questionnaire conçu et créé par Vincent Courboulay de l'Université de la Rochelle et Ophélie Baguet de Spareka, avec la contribution de Frédéric Bordage de GreenIT.fr.

**Étude Ifop pour le MTES, mars 2018 

En partenariat avec l'ADEME.