Abonnez-vous

En vous abonnant, vous acceptez notre politique de confidentialité.

dossier partenaire

Emménagement : faire rimer écologie et économies dans son nouveau logement

Pour habiller ses murs, on préférera par exemple les peintures porteuses d’un label environnemental.
©Photographee.eu/Shutterstock

[DOSSIER Déménagement écolo] L’heure est venue de poser bagages dans votre nouveau logement. Rafraîchissement, ameublement... Les premiers gestes de l’emménagement peuvent rapidement faire flamber l’addition. Seconde main, location, upcycling... Voici quelques solutions pour faire rimer écologie et économies.

Bricoler écolo à moindre coût

Des murs à rafraîchir ? Des meubles à monter ? Des trous à percer ? Quelques heures de bricolage vous attendent sans doute aux premiers jours et semaines de votre emménagement. D’abord, si l’on n’est pas tout à fait équipé pour effectuer ces tâches, on pourra penser à se faire prêter les outils qui nous manqueraient. Inutile de les acheter s’ils ne doivent servir qu’une seule fois. Dans ce cas, on peut bien entendu demander à ses proches, mais également se tourner vers des réseaux d’entraide entre particuliers comme Mytroc.fr ou sur longuevieauxobjets.gouv.fr. Enfin, si l’on n’a pas trouvé son bonheur avec cette première option, on peut se rabattre sur la location : des sites comme Bricolib.net y sont par exemple dédiés (entre particuliers). Sinon, les grandes enseignes s’y mettent aussi comme Bricorama ou encore Leroy Merlin.

Une fois que l’on est équipé, il faudra également penser à bien choisir les matériaux utilisés. Pour habiller ses murs, on préférera par exemple les peintures porteuses d’un label environnemental. La liste est à découvrir ici.

Attention également à l’étiquette des émissions de l’air intérieur : on privilégie alors les classes A+ pour éviter la diffusion de polluants intérieurs tels que des Composés organiques volatils (COV). Le guide Topten peut également nous aider à nous y retrouver parmi les différents produits.

Au sol, même chanson. Quel que soit le produit choisi, on se réfère aux labels et aux notations des étiquettes environnementales. Pour limiter les émissions de polluants, l’ADEME recommande tout de même de préférer par exemple les parquets vernis en usine plutôt que ceux à vernir soimême, ou encore les modèles dits flottants qui ne nécessitent pas de colle. À noter également que le carrelage est le revêtement le moins émetteur de COV. Mais attention aussi aux produits de pose que l’on utilise et qui peuvent émettre longtemps des polluants dans le logement. De nombreux conseils utiles sont à retrouver sur le site de l’ADEME.

Tous les travaux terminés, il faudra penser à bien aérer les pièces afin d’éliminer au maximum les polluants. Pour en savoir plus sur ces émissions, quelles sont-elles ? D’où viennent-elles ? Direction le guide de l’ADEME, un air sain chez soi.

Pour lire l'intégralité de notre dossier : Kit de survie pour un déménagement écolo

Meubles et déco : do it yourself, upcycling, seconde main...

Déménager ne nécessite pas toujours de renouveler entièrement ses meubles et sa déco : son ancien mobilier peut tout à fait habiller son nouveau logement. Si toutefois l’on a envie de changement, on peut tenter d’upcycler ses objets : les transformer, les customiser, les teindre... Il existe de nombreuses façons d’offrir un nouveau look à un canapé passé ou une table basse trop vue et revue... Quelques astuces sont à trouver sur YouTube par exemple ou bien dans des ressourceries ou recycleries qui organisent régulièrement des ateliers dédiés à l’upcycling ou proposent à la vente des matériaux de récup’. D’ailleurs, on peut également s’essayer au do it yourself : des palettes en bois habillées de coussins peuvent par exemple être transformées en fauteuils d’extérieur. Enfin, la seconde main est sans doute l’option la plus simple en chinant de nouveaux objets dans des brocantes, aux puces, sur Internet... Ou même de particulier à particulier sur les sites de reventes comme Le Bon Coin. Les associations comme Emmaüs, elles aussi, revendent en boutique physique ou en ligne des produits de seconde main.

À noter que l’on peut aussi prendre le réflexe de la réparation. Un objet cassé ne doit pas nécessairement être condamné à la poubelle.

Pour aller plus loin, direction le guide pour déménager l’esprit léger de l’Agence de la Transition Écologique (ADEME), par ici.

Seconde main et réparation, c’est aussi pour l’électroménager

Même réflexe pour le frigo, four, machine à laver... si l’électroménager est à renouveler, là aussi, on peut se tourner vers la seconde main. Il est assez simple de trouver des appareils à vendre sur les mêmes sites de revente que pour la déco : Le Bon Coin, Emmaüs...

Enfin, pensez aussi aux produits reconditionnés à acheter auprès des vendeurs ou revendeurs professionnels comme Boulanger ou même Back Market qui ne se limite pas forcément aux produits électroniques. On pensera aussi à se référer à l’étiquette environnementale de nos appareils électriques. Celle-ci a été renouvelée ce 1er janvier pour certains appareils et est désormais plus lisible, mais aussi plus exigeante. Toutes les infos ici.

Enfin, pour faire des économies il faudrait penser à utiliser ses appareils correctement sur le long terme : c’est-à-dire les entretenir pour les faire durer. Quelques trucs et astuces ici, qui permettront aussi de faire baisser la facture.

Et dans le jardin ? Plantation, compost et zéro déchet

Côté extérieur aussi, on peut faire des économies. D’eau d’abord, en récupérant l’eau de pluie que l’on pourra ensuite réutiliser. Celle-ci sera meilleure pour arroser le jardin car elle ne contient ni chlore, ni calcaire.

Autre astuce pour faire des économies : se mettre au compost. Celui-ci nous permettra de réduire ses déchets et de produire un excellent engrais pour tout le jardin. Restes alimentaires, déchets verts, papier, carton ou autres matières biodégradables se transformeront en excellent engrais naturel pour ses plantations. Pour en savoir plus, c'est par ici.

Enfin, planter des arbres en arrivant dans son nouveau logement peut être une bonne option. En créant de l’ombre en été sur les surfaces (murs et fenêtres) exposées au sud et à l’ouest, ils permettront d’éviter la surchauffe du logement en été lorsque les températures grimpent. D’autres conseils pour se protéger en période de canicule, par ici.

©ADEME

Vous avez apprécié cette information ? Abonnez-vous à notre newsletter en cliquant ici !

Pour aller plus loin et agir à votre échelle, découvrez notre guide pratique « Se mettre (vraiment) au zéro déchet : mode d’emploi ». 

Au sommaire :  tout pour comprendre ce que contiennent réellement nos poubelles et comment les réduire.

Pour en savoir plus et commander votre guide, c’est par ici.

#TousActeurs