CHRONIQUE CONSO

Dans nos smartphones, des minéraux en voie de disparition

©Creative Commons Attribution NoDerivs CC BY-ND

Sur les 30 éléments présents dans nos smartphones, plus de la moitié risquent de faire défaut dans les années qui viennent. C’est ce que souligne ce tableau périodique nouveau genre.  

L’ensemble des 90 éléments chimiques qui composent chaque plante, chaque pierre, chaque animal, chaque objet de cette terre y sont représentés. Le tableau périodique a été formalisé il y a 150 ans. Pour célébrer cet anniversaire et nous alerter sur la raréfaction des ressources, l’Université britannique de Saint Andrews et la European Chemical Society (EuChemS), qui regroupe 160 000 chimistes, nous livre une version 21e siècle du tableau (en illustration, ci-dessus). Les scientifiques soulignent quels éléments sont surexploités et lesquels proviennent de zones de conflit. Le message s’adresse aux accros de la high tech que nous sommes devenus. Car pour fabriquer nos smartphones par exemple, au moins 30 de ces éléments sont nécessaires. Or plus de la moitié d’entre eux risquent de manquer dans les années qui viennent.

L’Indium se raréfie, l’étain ou le tantale viennent de zones de guerre

Prenez l’Indium (In). Il est présent dans tous les écrans tactiles. Le film conducteur transparent qui les recouvre est composé d’oxyde d’indium-étain. L’Indium est aussi nécessaire pour le soudage à froid de composants électriques et dans les LED bleues. Au rythme actuel des extractions, il sera épuisé dans 50 ans. Ce tableau nous apprend par ailleurs que quatre éléments proviennent de zones de conflits : l’étain (Sn), le tantale (Ta), le tungstène (W) et l’or (Au). Or chacun d’entre eux est utilisé dans nos smartphones.

"Alors que nous célébrons le 150ème anniversaire du tableau périodique, il est fascinant de le voir adapté au 21e siècle, a déclaré Catherine Stihler, ancienne rectrice de l’Université de Saint Andrew. Mais il est aussi profondément inquiétant de constater le nombre d’éléments qui sont en voie de disparition, y compris ceux avec lesquels on fabrique nos téléphones mobiles. C’est une leçon destinée à nous tous pour nous engager à prendre soin du monde autour de nous. Ces éléments naturels ne dureront pas toujours à moins que nous accroissions les taux globaux de recyclage et que les gouvernements introduisent une authentique économie circulaire."

Consommer moins, recycler mieux

Le message s’adresse aussi bien aux consommateurs qu’aux gouvernants. Environ 10 millions de smartphones sont jetés et remplacés chaque mois en Europe. Nous en changeons en moyenne tous les deux ans. Pour les universitaires créateurs de ce tableau périodique nouveau genre, les individus peuvent réagir en remplaçant leurs appareils seulement quand c’est nécessaire. Et quand ils sont en fin de vie, ils peuvent faire en sorte de les intégrer à une filière de recyclage, afin qu’on récupère les précieux minéraux qu’ils renferment. En France, la filière des déchets électroniques est gérée par Eco-Systèmes. Et nos gouvernants ? Leur responsabilité est d’appuyer de meilleures pratiques de recyclage, d’encourager une véritable économie circulaire et de faire en sorte que la transparence soit faite sur la provenance des matières premières. Car sans transparence, il n’y a pas de choix de consommateurs éclairés.