DOSSIER

30 millions de smartphones dorment dans nos tiroirs: qu’est-ce qu’on en fait ? [QUIZ]

Les distributeurs ont l’obligation de reprendre nos anciens appareils.
©Maria Savenko/Shutterstock

En cette Semaine européenne du développement durable, ID s’intéresse à des solutions à adopter au quotidien pour un monde plus éco-responsable. L’occasion de tester votre implication à travers un quiz spécialement concocté pour vous. Jour 2 : les impacts du smartphone.

Depuis 2007, 7 milliards de smartphones ont été vendus dans le monde*. Non seulement nous ne pouvons plus nous passer de ces appareils sur lesquels sur naviguons sur le Web, nous écoutons de la musique, nous recherchons une adresse et nous partageons des photos, mais en plus, nous ne leur sommes pas très fidèles. 88 % des Français changent de téléphone portable alors que celui-ci fonctionne encore, pointe l’Agence de l’Envrionnement et de la Maîtrise de l’Energie (ADEME) dans son guide "Les impacts du smartphone". En moyenne, nous changeons d’ailleurs de smartphone tous les deux ans, surtout à cause des effets de mode et des offres promotionnelles, mais aussi parce que nos téléphones portables ne sont la plupart du temps pas conçus pour durer.

Pourtant, un smartphone pèse lourd sur l’environnement, de l’extraction des minerais à sa fabrication, son transport, son utilisation et sa fin de vie. Il faut environ 70 matériaux pour le fabriquer, dont une cinquantaine de métaux rares et précieux qui deviennent de plus en plus compliqués à exploiter. L’ADEME rappelle qu’il faut environ quatre tours du monde pour fabriquer un smartphone, entre l’extraction et la transformation des matières premières, la fabrication des principaux composants, l’assemblage, la conception, la distribution.

Alors que faire à l’heure où au moins 30 millions de smartphones dorment dans nos tiroirs en France ? ID vous suggère quelques solutions mais avant toute chose, êtes-vous prêts à découvrir si votre smartphone et vous entretenez une relation durable ?

L’art de faire durer son smartphone 

Un smartphone se choisit bien, se soigne et se répare :

  • Un achat raisonné

Tout d’abord, lors de l’achat de son smartphone, mieux vaut ne pas se décider trop vite : on choisit un téléphone adapté à nos besoins – il n'est pas nécessaire d’avoir toutes les fonctionnalités possibles si c’est pour ne pas les utiliser. On opte également pour des modèles faits pour durer. Les plateformes Ifixit et Greenpeace proposent une plateforme de notation de différents modèles ou marques en fonction de critères de réparabilité, à surveiller donc.

  • Une relation soignée

Plus de 80 % des réparations de téléphones portables concernent un écran brisé, pointe l’ADEME. Autant que possible, on protège son téléphone avec une coque et un écran protecteur. On fait en sorte, une fois qu’on l’a utilisé beaucoup, notamment en mode GPS, de le laisser se reposer. On ne le laisse pas se recharger indéfiniment et on n'attend pas qu'il soit à plat pour le recharger. On le recharge par exemple quand il est à 15 ou 20 % de batterie.

  • Une réparation et non un nouvel achat

En cas de problème technique, on garde en tête que les smartphones bénéficient d’une garantie légale de deux ans. Si la garantie est dépassée, on fait appel à des réparateurs professionnels. On peut aussi tenter la réparation maison en passant par exemple par le site Commentréparer.comSOSav ou Ifixit.com.

L’art de donner une deuxième vie à son appareil

Plutôt que de laisser notre vieux smartphone dormir dans nos tiroirs, on opte pour l’une des solutions suivantes : 

  • Le donner à des associations

Pour les téléphones en état de marche, on pense à Eco-systèmes, partenaire d’Emmaüs France et du réseau Envie. Les appareils sont revendus à prix solidaires au sein des associations ou donnés à des familles en difficulté. On pense aussi aux recycleries et aux ressourceries.

  • Le revendre

Sur largusdumobile.comLove2RecycleRecyclez-moirecycler.fr ou dans des magasins spécialisés dans la revente d'occasion, pour les téléphones vieux de moins de trois ans et ne présentant pas de défaut majeur.

  • Le ramener chez son opérateur

Les distributeurs ont l’obligation de reprendre nos anciens appareils, qui sont ensuite reconditionnés ou recyclés selon leur état.

*Gartner, International Data Corporation et Greenpeace