Abonnez-vous

En vous abonnant, vous acceptez notre politique de confidentialité.

INFO PARTENAIRE

Cosmétique au beurre de karité bio : cette marque marseillaise renoue avec la tradition

A la frontière entre la Moyenne et la Haute-Guinée, un groupement de femmes collectrices de karité pose avec leurs enfants sous l'arbre à palabre, un manguier.
© Karim Sylla

Baumes corporels ou savons saponifiés à froid : les produits de Oka France Cosmetics sont réalisés à partir de beurre de karité issu de l’agriculture biologique, et du commerce équitable. Franco-guinéen, son fondateur, Karim Sylla, dévoile les coulisses de sa fabrication en Guinée où les femmes perpétuent un savoir-faire ancestral.  

Bâtir un pont entre la France et la Guinée : c’est le pari de Karim Sylla. Né d'une mère française et d’un père guinéen, cet entrepreneur de 50 ans a créé en 2009 Oka France Cosmetics, une gamme de soins bio à base de beurre de karité. “En 2007, lors d’un voyage en Guinée, une amie m’a fait découvrir du karité. Au début, j’avais quelques préjugés. Comme beaucoup, je pensais que son odeur serait forte et désagréable. Mais mes appréhensions ont été très vite balayées”, confie Karim Sylla qui découvre un karité “d’exception, unique au monde, généreux et riche”. 

Sur les terres du karité 

Il s’intéresse alors à la fabrication de ce “produit de terroir”, comme il l’aime le qualifier. “Les noix poussent sur l’arbre de karité. C’est un arbre millénaire qui se trouve en Afrique de l’Ouest, dans des régions où l’alternance entre saison des pluies et saison sèche est marquée. Il faut attendre près de 15 à 20 ans pour qu’il donne des fruits”, raconte ce passionné d’histoire.  

Les noix qui servent à la réalisation des baumes d’Oka France Cosmetics sont collectés sur les plateaux de Haute-Guinée, à proximité des grands fleuves d’Afrique de l’Ouest. Le climat tropical et l’altitude offrent des conditions particulières pour les récoltes. “C’est ce qui fait notre spécificité. Les autres beurres se trouvent dans la partie sahélienne où le climat est chaud et aride”, note Karim Sylla.  

A maturité, les fruits tombés au sol sont récoltés à la main entre mi-mai et mi-juillet. “S’ils étaient cueillis sur l’arbre, cela altérerait sa santé”, précise le fondateur, attaché à inscrire sa production dans une démarche éco-responsable. Seul 40% des fruits sont par ailleurs ramassés. 

Une histoire de femmes... 

Près de 2 000 femmes réalisent ce travail minutieux et fastidieux dont elles tirent une source de revenu. Depuis 2016, OKA travaille à l’amélioration des conditions de travail : de la bassine, aux louches, tissus de filtration, moulins, aires de séchages jusqu’à récemment l’envoi de véhicules sur place. Labellisée FFL (Fair for life), l’entreprise finance également les formations des équipes sur place.  

“En Guinée, j’ai structuré la filière entre la Coprakam (coopérative des producteurs d’arachide, de karité et de miel), composée de 4 000 adhérentes, et l’ONG belge Trias, spécialisée dans l’aide au développement”, fait remarquer Karim Sylla.  

En Afrique, le beurre de karité est traditionnellement utilisé pour la cuisine, un domaine géré par les femmes. Il occupe également une place de choix en cosmétique et dermatologie. 

Oka Cosmetics propose du karité sous deux formes : l’Or Blanc (100% karité) et le Baume Satin (Karité – Monoï).
©Abracabea.fr

Et d’hommes

Les hommes mettent aussi la main à la pâte. Ce sont eux qui interviennent dans la gestion des machines, notamment au moment du broyage ou de la soudure des sacs pour l’expédition. “Tenkiano, notre ingénieur agronome guinéen sur place, nous permet de travailler en collaboration avec l’ONG Trias et la coopérative”, précise le fondateur d'OKA. C’est lui qui accompagne et forme les femmes dans l’ensemble du processus de fabrication. 

Une fois récoltées, les noix sont dépulpées, décoquées et les amandes sont séchées et non torréfiées sur des aires construites spécifiquement à cet effet. Quinze jours plus tard, celles-ci sont broyées dans un moulin afin d’obtenir une pâte de couleur brunâtre qui va être barattée avec de l'eau de source. La matière grasse remonte alors à la surface. Elle est lavée de nombreuses fois pour obtenir un beurre de karité de qualité premium, qui une fois travaillé donnera le fameux karité l’“or blanc”. 

Non blanchi et non désodorisé  

Cette matière première est ensuite expédiée par bateau en France pour être mise en pot au laboratoire à Gignac (Hérault), sous l’appellation “d’Or blanc”, ou mélangée avec du monoï. “C’est le baume Satin. Le karité est 100% naturel, non blanchi et non désodorisé”, appuie Karim Sylla, entouré en France de sa compagne et de deux associés. “Il n'a subi aucun traitement chimique, contrairement à 80% du karité vendu par les industriels en France”, poursuit-il.  

Les produits de la marque Oka France Cosmetics sont certifiés par les labels Ecocert, Cosmos Organic et Vegan, et commercialisés dans de nombreux magasins bio, ou directement en ligne.  

“Ils s’adressent à toute la famille, que ce soit pour masser bébé, ou limiter les vergetures”, note Karim Sylla qui a plus d’une recette à partager. Mains abîmées, pieds crevassés, lèvres gercées : les différents soins s’appliquent sur les peaux sèches mais aussi les peaux mixtes. Ils peuvent également aider à réparer des cheveux fragilisés. 

“Au-delà de ses vertus hydratantes, le karité est un excellent cicatrisant et anti-inflammatoire. On peut l’utiliser pour soigner des brûlures, de l'eczéma ou prévenir les allergies au soleil", ajoute le fondateur d'OKA

Bouillonnant d’idées, ce franco-guinéen souhaite continuer à innover, et à proposer des nouveautés. A l’écoute des attentes de sa clientèle, il vient notamment de lancer une gamme de pots en verre. Défi zéro déchet relevé ! 

Pour répondre aux attentes de ses clients, la marque marseillaise a lancé une nouvelle gamme de pots en verre.
©Abracabea.fr

En partenariat avec Oka Cosmetics

Vous avez apprécié cette information ? Abonnez-vous à notre newsletter en cliquant ici ! 

Pour aller plus loin et agir à votre échelle, découvrez notre guide pratique « Slow Life : mode d’emploi pour ralentir »

Au sommaire : tout pour entreprendre un passage à une vie plus douce et apprendre à ralentir dans tous les domaines du quotidien.

Pour en savoir plus et commander votre guide, c’est par ici.

#TousActeurs