Abonnez-vous

à toute l'info durable !

En vous abonnant, vous acceptez notre politique de confidentialité.

Conso

Cinq réflexes pour une rentrée "rien de neuf"

©mangpor2004/Shutterstock

Zero Waste France a lancé en 2018 son défi "Rien de neuf". À une semaine de la fin des vacances d’été, ID vous propose cinq réflexes pour éviter d’acheter du neuf. Histoire de commencer l’année scolaire en pensant durable, tout en faisant des économies. 

Il est toujours possible de penser ses courses de rentrée de manière durable, et même "zéro déchet". Il suffit de garder en tête quelques réflexes au quotidien. 

L’écologie est-elle assez présente dans les programmes scolaires ?

Choix

#1 - L’anticipation 

C’est la clef du zéro déchet, et cela, dans tous les domaines. Plus on anticipe ses besoins, plus on peut s’affranchir des achats neufs. Pour ce qui est des fournitures scolaires pour ses enfants, par exemple, il est conseillé de ne pas attendre la dernière minute.  Il est aussi conseillé de se rapprocher des associations de parents d’élèves, la plupart des établissements scolaires en sont dotés. Elles permettent, entre autres, de remettre dans le circuit les livres et manuels d’une année sur l’autre. Ainsi, il est possible de troquer des cahiers contre des classeurs auprès de son entourage ou encore de se procurer les livres à étudier durant l’année sur des plateformes permettant l’échange ou l’achat en seconde main. Idem pour ses propres fournitures de bureau !

#2 - La réutilisation 

Des cahiers, crayons ou trousses qui n’ont pas ou peu servi l’année passée peuvent être réutilisés pour l’année à venir. Ici aussi, côté fournitures scolaires, l'enfant le plus âgé de la fratrie peut céder sa calculatrice à son cadet, on peut aussi demander à la famille et aux amis s’ils "n’ont pas une blouse de chimie" à prêter, échanger ou vendre pour la rentrée au collège de votre enfant. Il est conseillé d’effectuer l’inventaire des fournitures dont vous disposez déjà à la maison, avant d’aller chercher ailleurs. Il faut aussi savoir se détacher des listes, parfois très strictes, fournies par les écoles, deux cahiers de récupération de 48 pages valent bien un cahier de 96 pages neuf. D’autant qu’il faut aussi penser au poids du sac à dos ! Pour ses affaires de bureau, on réutilise des pages imprimées par erreur en brouillon, on retrouve les vieux stylos égarés au fond de ses sacs...

#3 - La réparation 

C'est aussi une réflexe à adopter pour éviter des rachats systématiques qui impactent fortement le porte-monnaie et l’environnement… Pour les enfants : si vous devez faire face à un : "je ne veux pas de ce cartable de fille !", transformez-le, ce n’est pas si compliqué, teintures végétales "home made", couture d'empiècements de tissus récupérés… Le champ des possibles n’a de limite que votre imagination. Si la fermeture de la trousse est décousue ou s’il y a un trou dans le sac à dos, c’est réparable. De même pour votre propre sacoche à ordinateur ! Dans le cas ou cela vous semble infaisable, vous pouvez vous faire aider : tuto, ateliers de couture, un voisin à l’aise avec le fil et l’aiguille … Ou bien faire faire, des couturiers ou des commerçants comme les cordonniers ainsi que les pressings proposent ce genre de services

#4 - La seconde main 

Pour les livres comme pour les vêtements, la seconde main permet de ne pas acheter de neuf. Le petit plaisir de la tenue de rentrée est moins onéreux lorsque l’on se procure les vêtements en seconde main. Des magasins et sites internet sont spécialisés dans les vêtements d’occasion. La seconde main permet de diminuer les déchets liés à l’industrie de la mode en ne prenant pas part à la fast-fashion. Et c’est le cas dans tous les domaines, repenser sa manière de consommer, et de ce fait la quantité de déchets que l’on va produire, est une priorité lorsque l’on considère qu’en 2015 : 324,5 millions de tonnes de déchets ont été produits selon l’ADEME.

#5 - Le recyclage

Recycler, et même upcycler ses fournitures, consiste à les détourner pour s’en servir autrement. Des couvertures de cahier détournés en matériaux d’œuvre d’art, des gommes en tampons ou des craies grasses en bougies, ne jeter pas les fournitures usagées tout de suite, elles peuvent encore servir. Si vous disposez déjà d’une collection de sculpture en stylos usagés, vous pouvez les recycler via des sites, tel que TerraCycle, qui proposent leur collecte. Enfin, si vous disposez de fournitures qui peuvent encore être utilisées mais dont vous, ou vos enfants, ne vous servez pas, pensez à les proposer à d’autres en organisant un troc de fournitures, une bourse ou simplement en faire don. Et hop, la boucle est bouclée en cela en mode zéro déchet. 

Vous avez apprécié cette information ? Pour nous permettre de préserver notre indépendance et vous proposer des contenus toujours plus nombreux et rigoureux, vous pouvez soutenir notre travail. 

Si vous avez une minute et 1€, cela peut faire la différence pour nous. Merci ! #TousActeurs.