Social

Une boutique en ligne démocratise les cadeaux d'occasion pour Noël

©lenetstan/Shutterstock

Pour encourager les Français a offrir des cadeaux d'occasion, le Label Emmaüs a lancé la campagne #SecondeMainSousLeSapin. Rencontre avec Maude Sarda, co-fondatrice et directrice du Label Emmaüs. 

Pouvez-vous nous présenter le Label Emmaüs en quelques mots ? 

Label Emmaüs c'est une boutique en ligne solidaire qui est née il y presque deux ans maintenant, le 8 décembre 2016. Elle fait partie du mouvement Emmaüs et forme des personnes en situation d'exclusion aux métiers de l'e-commerce. Pour le consommateur, c'est une boutique d'e-commerce comme les autres au niveau de ses fonctionnalités. Il peut y acheter des produits originaires d'un peu partout en France qui proviennent d'Emmaüs mais également d'autres structures de l'économie sociale et solidaire, qui nous ont rejoint depuis quelques mois sur notre plateforme. Actuellement, nous comptons 300 000 articles d'occasion sur notre site dont des vêtements, des objets de décoration ou encore des produits high tech reconditionnés. Nous proposons également de l'artisanat équitable avec la fédération Artisans du Monde

Pourquoi faire le choix de la seconde main chez Label Emmaüs ? 

Nous encourageons les consommateurs à préférer la seconde main pour son impact écologique et pour ce qu'elle apporte au mouvement Emmaüs. Le don et la revente de produits d'occasion nous permettent de financer l'action sociale et la solidarité du mouvement Emmaüs depuis presque 70 ans. Nous fêterons d'ailleurs notre anniversaire l'année prochaine. Si nous avons lancé Label Emmaüs c'est aussi parce que nous avons ressenti une urgence. En effet, de plus en plus de grosses entreprises s'intéressent au marché de l'occasion notamment sur le Web. Pour nous, il est également important de faire changer les mentalités. Cette année, nous avons par exemple participé au Green Friday en réaction au Black Friday. À l'occasion des fêtes nous avons également lancé la campagne #SecondeMainSousLeSapin pour montrer q'un objet d'occasion peut être tout aussi désirable qu'un objet neuf. Nous demandons donc à nos followers de partager des photos des objets d'occasions qu'ils prévoient d'offrir. 

Selon vous, l'occasion n'est pas encore assez popularisée en France ? 

Il y a une progression mais ce n'est pas encore suffisant. Il y a encore quelques années, c'était surtout des personnes en situation de précarité qui venaient acheter chez Emmaüs. Aujourd'hui, on constate qu'une partie de notre clientèle a un certain pouvoir d'achat. Notre projet c'est de continuer à démocratiser l'occasion en s'adressant à tous. Nous essayons de faire tomber les dernières barrières psychologiques qui empêchent certains d'acheter d'occasion ou chez Emmaüs. Malheureusement l'occasion n'est toujours pas le premier choix en particulier à l'occasion de Noël. Malgré tout, nous avons constaté une augmentation de notre chiffre d'affaires à Noël l'année dernière qui devrait être encore plus forte cette année. Autrement dit, certaines personnes commencent à offrir de l'occasion à Noël mais cela reste encore une minorité. 

Comment assurez-vous la qualité de vos produits ? 

On traite le produit d'occasion exactement comme le ferait un vendeur de produits neufs. Tout d'abord, on prend du temps pour le sélectionner puisque nous ne vendons pas tous les types de produits d'occasion sur notre site.  Ensuite nous avons des professionnels de la photo qui forment nos collaborateurs au shooting photo et leur apprennent la scénographie pour bien mettre en scène le produit. Nous réalisons également du merchandising sur notre site à travers des collections hebdomadaires. Nous apportons également un soin particulier à nos colis. Le compagnon va toujours prendre le temps d'écrire un petit mot manuscrit et d'y ajouter des petits cadeaux comme des bonbons. Ce type d'attention et d'humanité touche beaucoup les gens. 

Quel est le bilan de Label Emmaüs ? 

Après presque deux ans d'existence, nous avons formé près de 150 personnes aux métiers de l'e-commerce. Ce sont donc des personnes en réinsertion qui se chargent de sélectionner les produits, de les prendre en photo, puis de les intégrer sur notre site avant de les préparer pour l'envoi et de les remettre au livreur. Autrement dit, 150 personnes en situation précaire qui ont appris à gérer une boutique de A à Z. L'expérience est également positive du côté des clients puisque 9 clients sur 10 recommandent notre site et que moins de 2 % de colis nécessitent de faire l'objet d'un remboursement. Nous sommes également passés d'un catalogue de 3000 produits à 300 000 articles. Notre volume d'activité en 2018 s'élève à 500 000 euros ce qui ne correspond qu'à 1 ou 2 % de ce qu'Emmaüs représente à l'échelle nationale. Malgré tout, le bilan reste très positif puisque notre volume d'activité ne cesse d'augmenter depuis la création de Label Emmaüs. 

Une interview réalisée en partenariat avec France Inter.