Abonnez-vous

à toute l'info durable !

En vous abonnant, vous acceptez notre politique de confidentialité.

Santé

Le régime vegan est-il bon pour la santé ?

Le régime vegan, qui compte de plus en plus d'adeptes en France, exclut tout aliment d'origine animale y compris le lait ou les œufs. Mais peut-on vivre uniquement de légumes et de céréales ?

Du tofu, de la patate douce, du quinoa, de l'avocat… Voilà ce que l'on peut trouver dans la cuisine d'un vegan. Pas la moindre trace de viande, de poisson ou de produits issus des animaux, lait et miel compris. Pour les adeptes du végétalisme, souvent motivés par des raisons éthiques et antispécistes, l'alimentation pourrait se résumer aux légumes, aux fruits, aux céréales, aux légumineuses et aux noix. Mais qu'en pensent les médecins nutritionnistes ?

Chasse aux nutriments

Si la consommation excessive de viande rouge est désormais reconnue comme un facteur favorisant les maladies cardio-vasculaires, bannir totalement les produits d'origine animale peut présenter des risques, estime le Dr Jean-Michel Lecerf, chef du service nutrition de l'Institut Pasteur de Lille : "l'alimentation vegan est souvent hyper-glucidique car on va chercher les calories du côté des céréales et des légumineuses. Elle expose aussi à des déficits en fer, calcium, zinc et acides gras oméga3." Ces défauts du régime végétalien peuvent se compenser si on sait aller chercher les nutriments manquants au bon endroit : le calcium peut ainsi se trouver dans certaines eaux minérales, le zinc dans les graines de sésame, les oméga3 dans les microalgues…

Quant au fer contenu dans les végétaux, il présente une biodisponibilité plus faible que le fer des produits animaux. Le corps humain l'absorbe donc moins bien : "Les apports conseillés en fer pour les végétariens sont 1,8 fois ceux conseillés pour les non-végétariens", chiffre l'Association américaine de diététique. Autant dire qu'il va falloir manger une bonne quantité de lentilles… Mais pour le Dr Jérôme Bernard-Pellet, médecin nutritionniste spécialisé dans l'alimentation vegan, se passer de fer d'origine animale pourrait être un atout car "il présente un pouvoir oxydant qui explique en partie les excès de cancer du colon chez ceux qui mangent beaucoup de viande".

La vitamine B12 : un supplément indispensable

La question cruciale dans un régime végétalien reste celle des protéines. Les légumineuses et les céréales ont une teneur en protéines bien plus faible que celle de la viande, du poisson ou des produits laitiers. "Pour avoir 10 grammes de protéines, soit autant que dans une part de 30 grammes de fromage, il faut manger 100 grammes de tofu. Les gens qui ne peuvent pas manger de grosses quantités seront donc en manque de protéines", avertit le Dr Lecerf. Mais les protéines végétales n'exposent pas à des risques cardiovasculaires ou au diabète de type 2, rappelle le Dr Bernard-Pellet.

S'il est un nutriment sur lequel tous s'accordent à reconnaître une carence dans le régime vegan, c'est la vitamine B12. Totalement absente du monde végétal, elle est « indispensable à la fabrication des globules blancs et rouges, des plaquettes et de la myéline qui sert de gaines pour les nerfs », rappelle le Dr Bernard-Pellet. Une carence en vitamine B12 peut avoir de graves conséquences à long-terme : troubles neurologiques, dégradation des capacités cognitives, diminution de la force motrice ou tendances dépressives. Les végétaliens doivent donc impérativement se supplémenter en vitamine B12. "Moyennant quoi, un adulte averti, jeune, en bonne santé et ayant un bon appétit peut très bien vivre avec un régime vegan", estime le Dr Jean-Michel Lecerf.