# AGIR AU QUOTIDIEN

Labels alimentaires véganes : que nous certifient-ils ?

De nombreux sous-produits animaux se cachent dans des produits de consommation courante.
©Dezajny/Shutterstock

Ni chair animale, ni laitage, ni œuf, ni miel, ni produits de la ruche… Pour s’assurer à 100 % qu’un produit alimentaire est végane, on se fie généralement aux labels. Leurs garanties peuvent parfois varier : ID fait le point.

Une personne végane exclut autant que possible de son alimentation tout produit d’origine animale et adopte également un mode de vie respectueux des animaux en termes d’habillement, de cosmétiques et de loisirs notamment. En voici la définition du Petit Robert, qui a enregistré le terme "végane", dans sa version francisée, pour la première fois officiellement en 2015.

Sur le plan alimentaire, un produit végane doit être "exempt de toute substance d’origine animale, ne pas avoir fait appel à des agents techniques d’origine animale et n’avoir été testé d’aucune façon sur eux". Or, pour repérer un produit fini végane, il ne suffit pas de lire la liste des ingrédients le composant, car il est parfois difficile de déterminer si certains sont d’origine végétale ou animale. Par ailleurs, l’inscription de la liste des additifs utilisés pendant le processus de production n’est pas systématique. Et si on faisait le tour des principaux labels véganes pour comprendre vraiment ce que l'on consomme ? 

Pour le marché français et au-delà :

©Gaël Nicolet/ID

D'autres labels véganes (européens) que l'on retrouve sur nos produits :

©Gaël Nicolet/ID

S’il s’agit des principaux labels véganes que l’on retrouve sur nos produits en France et en Europe, la liste n’est pas exhaustive : l’association française pour le développement économique des alternatives véganes Vegan France propose également un comparatif des labels véganes.

Attention toutefois à ne pas vous perdre parmi les différentes certifications. Vegan France rappelle que les fabricants peuvent exploiter et créer leur propre logo "vegan" pour leurs supports de vente et les consommateurs doivent donc "apprendre à reconnaître les logos qui ont une valeur de contrôle et ceux qui n’ont qu’une valeur de communication".

©Capture écran vegan-france.fr

L’association rappelle également qu’il ne faut pas confondre les labels "vegan" avec les labels "cruelty free" ou "sans cruauté", qui garantissent que le produit n’a "pas engendré d’essais sur les animaux vivants", mais n’assurent pas nécessairement que celui-ci n’utilise pas de substances animales dans sa formulation.