Abonnez-vous

à toute l'info durable !

En vous abonnant, vous acceptez notre politique de confidentialité.

Santé

Attention à ce que vous mettez dans le cartable de vos enfants !

©Radu Bercan/Shutterstock

Chers parents, la rentrée approche à grands pas : il est temps de remplir les cartables ! Attention toutefois à ce que vous achetez : parmi les fournitures scolaires, nombreuses sont celles susceptibles de contenir des produits nocifs pour la santé de vos enfants… Alors acheter économique c’est bien, mais acheter sain, c’est mieux ! Tous nos conseils sont à retrouver dans la suite de l’article, réalisé en partenariat avec l’Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Énergie.

Chaque année, à l’approche de la rentrée des classes, les magasins et grandes surfaces sont témoins du même manège : les parents et leurs enfants déambulent dans les rayons des grandes surfaces à la recherche des fournitures demandées par les établissements. Si les critères de prix ont tendance à automatiquement entrer en ligne de compte, d’autres éléments sont à prendre en considération…

En effet, les produits et fournitures scolaires peuvent présenter des risques sanitaires selon leur composition et l’usage qu’en font vos enfants. Car n’oubliez-pas que votre chère progéniture aime mâchouiller ses stylos et ne fait pas toujours attention à laver ses mains, après certaines activités manuelles, avant de se frotter les yeux. Des substances plus ou moins toxiques contenues dans certaines fournitures peuvent ainsi exposer votre enfant par ingestion ou voie oculaire, mais également par inhalation – lors de travaux manuels réalisés avec de la colle ou de la peinture entre autres – ou par contact cutané. Rappelons enfin que l’exposition à des perturbateurs endocriniens à un stade précoce du développement de vos enfants augmente de manière significative les risques d’impact, et celle à des allergènes accroît les risques de déclenchement d’allergies. 

Certains de ces risques peuvent être réduits, à condition d’être attentif à l’usage qui est fait de ces produits : penser à reboucher chaque contenant, ne pas manger ou boire lors d’une activité manuelle, aérer la pièce lors de l’utilisation de produits "émissifs dans l’air" tels que la colle, la peinture ou le vernis. Le problème est que les étiquettes ne sont pas toujours si simples à décrypter : on ne connaît pas forcément tous les marquages règlementaires (pour s'y retrouver, direction l'infographie de l'Agence de l'Environnement et de la Maîtrise de l'Énergie ici). À savoir que les fournitures scolaires ne relèvent pas d’une réglementation précise, contrairement aux cosmétiques par exemple, ou encore aux jouets pour enfants associés du marquage CE. La seule condition est de répondre à "l’obligation générale de sécurité".

Quels sont alors les produits à bannir et ceux à privilégier ?

Lors de vos achats, certains critères concernant la composition et la nature des polluants pouvant être émis dans l’air sont à prendre en compte, mais également des critères d’exposition tels que la fréquence d’utilisation et la possibilité ou non de mettre l’objet en question dans la bouche. 

  • Les colles 

Les colles végétales, majoritairement à base d’amidon, sont sans danger pour vos enfants. Elles peuvent même porter la mention "comestible" - une expérience que nous déconseillons toutefois. Préférez idéalement les colles rollers, en pot, en stick ou en bâton. Laissez de côté les colles liquides, souvent transparentes et vinyliques. Elles contiennent alors des substances allergisantes cutanées. Plus que tout, évitez les colles à paillettes, qui contiennent systématiquement de ces conservateurs allergisants. Certaines d’entre elles comportent toutefois le marquage CE, les associant au statut de jouet. Elles répondent dans ce cas à des exigences spécifiques et respectent des valeurs limites pour les conservateurs allergisants. Enfin, méfiez-vous des colles en gel qui peuvent présenter une base vinylique avec solvant, dont les composants peuvent entraîner des problèmes de somnolence ou de vertiges. Une exposition prolongée peut également créer un dessèchement ou des gerçures de la peau. 

  • La peinture

Lorsque vous achetez de la peinture à l’eau à utiliser avec les doigts, prenez garde à la quantité de conservateurs présents, comme le bronopol, la MIT ou encore le phénoxyéthanol : en 2017, l’Institut National de la Consommation avait établit que cette substance ne devrait pas se trouver dans les jouets destinées aux enfants de moins de trois ans. Des conservateurs allergisants sont également contenus dans les gouaches et les peintures acryliques, et toutes les marques ne mettent pas en garde le consommateur. Concernant la gouache, privilégiez la gouache concentrée plutôt que celle prête à l’emploi, qui dégage – légèrement – plus d’émissions de formaldéhyde (un conservateur augmentant les réactions allergiques). 

  • Les crayons de couleur

Préférez les crayons en bois naturel plutôt que vernis : les enfants ont tendance à les mettre dans la bouche, s’exposant ainsi à des perturbateurs endocriniens (les phtalates). 

  • Les crayons à papier

Évitez les crayons avec des gommes, celles-ci peuvent contenir des phtalates, qui sont des perturbateurs endocriniens. Comme pour les crayons de couleur, préférez également les crayons en bois brut, non vernis. 

  • Les feutres 

L’encre des feutres peut contenir de certains additifs, permettant généralement de la faire briller ou de la faire sécher. Faites attention à la présence d’isothiazolinones ou de bronopol, qui sont des substances allergisantes et évitez au maximum les feutres parfumés, contenant des fragrances allergisantes, pourtant interdites dans les jouets.. 

  • Les stylos

L’encre des stylos à bille ou des rollers à encre liquide ou gel sèche assez rapidement, limitant les émissions de COV – Composés organiques volatils. Les feutres d’écriture ne présentent aucun risque sanitaire. 

  • Les marqueurs

L’encre des marqueurs effaçables à sec contenait initialement des solvants toxiques, repérables à leur très forte odeur. Bien que ces substances aient majoritairement été remplacées par des alcools, méfiez-vous de ceux à base d’encre cétone. Le must ? Certains marqueurs effaçables, qui sont en polypropylène et ne contiennent donc pas de phtalates. 

  • Les surligneurs

Les surligneurs gel ne produisent que très peu d’émissions de COV. Préférez-leur cependant les crayons surligneurs à sec, encore moins émissifs. 

  • Les correcteurs 

Les correcteurs en ruban ou les rollers de correction sont à privilégier par rapport aux stylos ou flacons correcteurs liquides qui émettent beaucoup de solvants volatils. 

  • Les gommes

Choisissez-les sans phtalates, ni latex, et non parfumées. Peu d’indications sont données par les fabricants à propos de la composition des gommes mais sachez que celles en caoutchouc naturel contiennent irrémédiablement des traces de protéines de latex allergisantes. Elles peuvent présenter un  risque pour la peau et sont surtout à tenir éloignées de la bouche.  Tournez-vous de préférence vers les gommes en plastique vinyle ou des gommes en caoutchouc mais sans latex. 

  • Les pâtes à modeler

Évitez les pâtes à modeler parfumées, appétissantes, mais contenant des substances allergisantes. La pâte à modeler est généralement fabriquée à partir de matières premières minérales et végétales : elle peut ainsi contenir du blé… à tenir éloignée des enfants allergiques au gluten de blé donc !

  • Les cahiers et les feuilles de papier

Choisissez en priorité les produits labellisés Écolabel européen, Ange Bleu ou bien l’Écolabel Nordique, qui définissent des critères sanitaires mais également environnementaux (dont le détail est à retrouver ici).

Petit rappel : réduire les risques sanitaires ET écologiques, c’est possible !

Pour cela, veillez à rester attentif aux possibilités de réemploi : évitez de jeter ce qui peut resservir. Les copies vaguement tâchées ou gribouillées par exemple peuvent encore servir de brouillons ! Faites également attention à ne pas gaspiller et à faire durer les produits, en apprenant aux enfants à bien les utiliser, à automatiquement reboucher les stylos et à refermer les contenants. Enfin, évitez les fournitures en plastique : remplacez les pochettes plastifiées par celles en carton, privilégiez des règles en métal et des gommes sans emballages. 

Bien sûr enfin, restez également attentifs aux certifications et labels environnementaux sur les étiquettes. L’ADEME répertorie sur son site une sélection de ces labels, par ici.

Vous avez désormais toutes les clefs en main pour remplir votre caddie de manière écoresponsable, tout en limitant les risques sanitaires pouvant exposer vos enfants. De quoi partir sur de bonnes bases pour le reste de l’année : il n’y a désormais plus qu’à se mettre au travail !

Vous avez apprécié cette information ? Pour nous permettre de préserver notre indépendance et vous proposer des contenus toujours plus nombreux et rigoureux, vous pouvez soutenir notre travail. 

Si vous avez une minute et 1€, cela peut faire la différence pour nous. Merci ! #TousActeurs.