ID D'AILLEURS

Indonésie : une assurance maladie propose des soins médicaux contre des déchets

Le docteur Gamal Albinsaid donne une consultation dans une clinique GBI.
©GarbageClinicalInsurance/Instagram

Le docteur Gamal Albinsaid a eu une idée pour le moins originale : proposer une assurance-maladie que les Indonésiens peuvent payer... Avec des déchets !

La micro-assurance maladie Garbage Clinical Insurance valorise les déchets et va jusqu’à les transformer en ressource financière pour les Indonésiens disposant de faibles revenus. Ces derniers collectent des déchets dans les rues et les amènent dans un des centres de la GBI – il en existe actuellement cinq dans le pays. Ils sont pesés, triés, et servent alors de monnaie aux particuliers. Cela leur permet de s’offrir les services de l’assurance maladie et leur donne accès à des soins, des services de rééducation, des traitements de base gratuits, des tests en laboratoire, etc. 

Les ordures, elles, sont revendues par la GBI à des sociétés de gestion des déchets. Les déchets organiques servent à nourrir les animaux, les autres sont recyclés, ou upcyclés, c'est-à-dire transformés en produits à valeur ajoutée, pouvant être vendus plus chers. L’objectif visé, d’après The Guardian, est de prouver aux citoyens que leurs déchets ont de la valeur. 

L’initiative concilie ainsi réduction et meilleure gestion des déchets et amélioration de l’accès aux soins, ce qui est loin d’être une mince affaire dans le pays. Celui-ci compte 251 millions d’habitants, dont près de la moitié vit avec moins de deux dollars par jour et 60 % ne dispose pas d’assurance maladie - une information relayée par The Guardian. La production de déchets, elle, avoisine les 200 000 tonnes par jour, faisant de l’Indonésie l’un des premiers pays responsables de la pollution plastique des océans. 

Voici le reportage réalisé par Siemens Stiftung, une fondation à but environnemental et non lucratif :