ID d'ailleurs

Indonésie : des sacs plastiques solubles se transforment en boisson

Le sac plastique biodégradable, en matières organiques, conçu par Kevin Kumala.
©avanieco/instagram

Un jeune entrepreneur indonésien a mis au point un sac en plastique biodégradable et compostable, fabriqué à base de manioc. Une fois dissout dans de l'eau, il peut même se boire !

Au large de Bali sur les côtes indonésiennes, Kevin Kumala a décidé d'agir pour lutter contre la pollution plastique de son île paradisiaque. Ce jeune entrepreneur indonésien a développé en 2014 une société spécialisée dans le plastique biodégradable et compostable. Sa start-up Avani Eco fabrique des ponchos, des emballages alimentaires, mais aussi des sacs

View this post on Instagram

Bright early morning is no longer an indicator of how the day is going to progress. Get yourself prepared to go through your day with Avani's customizable compostable bio-poncho made from corn, soy and sunflower seeds because you don't know when it's going to pour ⛈️. Certified OK Compost - meaning after you're done wearing it, you can convert the poncho into compost for our Mother Nature 🤙💚 📸: @jelajahbiru . #iamnotplastic #AvaniEco #sustainability #indonesiahijau #compostable #saynotoplastic #plasticfree #instanature #instatravel #savetheplanet #savetheenvironment #ethicalfashion #greenfashion #sustainablefashion #responsiblefashion #travelwithrespect #travelindonesia #responsibletourism #indonesiaku #indotravellers #enjoyindonesia #thisisindonesia #hellonusantara

A post shared by Avani® (@avanieco) on


Du manioc transformé

Kevin Kumala a élaboré lui-même les composants de ce plastique biodégradable. Il utilise notamment du maïs, de la fécule de soja ou encore du manioc. Cet aliment très nutritif que l'on trouve en Amérique du Sud permet au sac de se dissoudre en quelques minutes au contact de l'eau. Si ce sac, portant l'inscription "I am not plastic", ressemble à tous les autres, il a la particularité de pouvoir se boire et ne présente donc aucun danger pour la faune aquatique. La preuve en vidéo, mise en scène par Kevin Kumala, lui-même : 

En 2017, le gouvernement indonésien déclarait vouloir supprimer les sacs en plastique d'ici 2018. Si pour l'heure, la mesure n'est toujours pas appliquée, l'alternative de la startup Avani Eco pourrait être la solution pour lutter contre les déchets flottants dans les mers balinaises.