Abonnez-vous

En vous abonnant, vous acceptez notre politique de confidentialité.

le brief'

Transition écologique : les actus de la semaine du 8 février

Le projet de loi "Climat et résilience" a été présentée en Conseil des ministres ce mercredi.
©Xosé Bouzas/Hans Lucas/Hans Lucas via AFP

À la une cette semaine : le projet de loi climat présenté en Conseil des ministres, les financements publics de réduction des pesticides passés au crible, le financement participatif à l'épreuve de la pandémie...

Loi Climat : le projet de texte présenté cette semaine au gouvernement

La loi "Climat et résilience", censée reprendre près de la moitié des 149 propositions de la Convention citoyenne pour le climat (CCC) destinées à réduire de 40 % les émissions de gaz à effet de serre de la France d'ici 2030 par rapport à 1990 était présentée ce mercredi 10 février en Conseil des ministres. Articulé autour de 65 articles, le texte prévoit en particulier la fin de la location des logements considérés comme des passoires thermiques en 2028, la mise en place du "CO2-Score" pour afficher l'impact sur le climat des produits et services, l'interdiction des vols domestiques s'il existe une alternative en train en moins de 2h30, ou l'interdiction de la publicité pour les énergies fossiles. Dans un avis, le Conseil économique, social et environnemental (CESE) pointait ainsi des mesures "en général pertinentes mais souvent limitées, souvent différées, souvent soumises à des conditions telles qu'on doute de les voir mises en œuvre à terme rapproché". Même scepticisme du côté des ONG, qui dénoncent un manque d’ambition et l’absence de mesures structurantes.

Réduction des pesticides : des financements publics "inefficaces" selon la Fondation Nicolas-Hulot

Selon un rapport de la Fondation Nicolas Hulot (FNH), seul 1 % des 23,2 milliards d'euros d'aides publiques accordés à l'agriculture et à l'alimentation en France en 2018 ont eu des "effets avérés" sur la réduction des pesticides. Les financements publics de l'agriculture française, qui représentent une large part de ses revenus, sont "trop faibles et inefficaces pour accompagner la réduction de l'usage des pesticides", juge un rapport rendu public mardi par la FNH. "Sur les 23,2 milliards, seuls 11 % ont une intention définie dans les textes de manière directe ou indirecte qui vise la réduction des pesticides, soit 2,7 milliards sur les 23,2 milliards", a déclaré Christophe Alliot, du Basic (Bureau d'analyse sociétale pour une information citoyenne), qui a réalisé cette étude avec la FNH, lors d'une conférence de présentation du rapport.

Covid-19 : la pandémie fait bondir les dons sur les plateformes de financement participatif

Les dons sur les plateformes de financement participatif ont plus que doublé l'an dernier, dynamisés par un mouvement sans précédent. Les dons ont culminé à 218,5 millions d'euros en 2020 sur les plateformes numériques contre environ 80 millions une année auparavant, selon le baromètre 2020 du crowdfunding en France publié mercredi par Financement Participatif France (FPF) et le cabinet Mazars. Ces plateformes de financement participatif, ou "crowdfunding", au rang desquelles KissKissBankBank, ou Ulule, servent à faire financer des projets par des dons des internautes ou des prêts rémunérés. Parmi les principaux domaines bénéficiaires, sans surprise, figurent la santé ou la recherche scientifique, avec des financements d’achat de matériel médical par exemple. La totalité du secteur du financement participatif, incluant les dons, les prêts aux entreprises et les investissements, a d’ailleurs dépassé pour la première fois la barre du milliard d'euros sur un an.

Bientôt une taxe poids lourds en Île-de-France ?

La présidente de la région Ile-de-France Valérie Pécresse (Libres!) s'est dite favorable à la mise en place d'une écotaxe pour les camions circulant dans la région, comme l'envisage la loi Climat présentée mercredi au conseil des ministres. "Est-ce que je prendrais la contribution poids lourds si la loi m'y autorisait ? La réponse est bien sûr oui", a déclaré Mme Pécresse devant la commission de l'aménagement du territoire du Sénat. Mais son produit doit, selon elle, être réinvesti "dans l'amélioration de la route en Ile-de-France" et permettre d'aider au verdissement des flottes "des transporteurs qui travailleraient avec l'Ile-de-France", ainsi qu'à l'installation de bornes de recharge. L’élue, également présidente d'Ile-de-France Mobilités, a par ailleurs suggéré que les autoroutes franciliennes soient transférées à l'autorité régionale des transports publics, afin de pouvoir y aménager plus facilement des couloirs réservés au covoiturage et aux bus. "Nous voulons mettre fin à l'autosolisme", a-t-elle résumé.

Avec AFP.

Vous avez apprécié cette information ? Abonnez-vous à notre newsletter en cliquant ici !

Pour aller plus loin et agir à votre échelle, commandez notre guide « L’écologie à la maison ».

Au sommaire :  interviews, analyses, conseils et astuces… 68 pages de solutions pour une vie quotidienne placée sous le signe de l’écologie dans toutes les pièces de la maison !

Pour en savoir plus et commander votre guide, c’est par ici.

#TousActeurs