Abonnez-vous

En vous abonnant, vous acceptez notre politique de confidentialité.

Politique

Pollution sonore : des radars pour réduire les nuisances des véhicules bruyants

Les radars sonores font leur arrivée sur les routes.
©All About Space/Shutterstock

Ce mardi 4 janvier, la ministre de la Transition écologique, Barbara Pompili, a inauguré la phase de test des radars sonores à Saint-Lambert-des-bois (Yvelines). Le dispositif imaginé par l’association Bruitparif, a vocation à repérer les véhicules bruyants pour, à terme, établir des mesures de réduction de la pollution sonore.

La commune de Saint-Lambert-des-Bois a été au coeur de l’attention ce mardi 4 janvier. Première ville, parmi sept autres (Paris, Nice, Bron, Toulouse, Villeuneuve-le-Roi, Rueil-Malmaison et Saint-Forget), à expérimenter le radar sonore, elle a accueilli Barbara Pompili et le député Jean-Noël Barrot, initiateur du projet, pour le lancement de cette opération qui doit durer deux ans. Ce système pourra, à terme, être étendu à l’ensemble du territoire national.  

Une amende pouvant aller jusqu'à 135 euros

Mis au point par l'association Bruitparif, le radar "méduse", nom donné pour sa forme, est un dispositif permettant de repérer la direction du bruit grâce à plusieurs microphones disposés sur le capteur. En complément, une caméra à 360° permet de saisir la source du bruit. Le système doit ainsi permettre de repérer les véhicules bruyants et de les verbaliser en cas de dépassement de la norme sonore fixée à 90 décibels. Les véhicules dépassant ce seuil se verront appliquer une amende pouvant aller jusqu’à 135 euros.  

Dans le viseur du gouvernement : les deux-roues débridés qui nuisent à la santé des riverains par la pollution sonore dont ils sont la cause. Selon une étude de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), publiée en 2018, le bruit est le second facteur provoquant le plus de dommages sanitaires après la pollution atmosphérique. L'association Bruitparif quant à elle, évalue à 11 mois la perte d’espérance de vie due aux nuisances sonores. Des dommages sanitaires qui ont un coût social conséquent. L'ADEME (Agence de Transition Ecologique) estime à 147 milliards d’euros le coût de ces pollutions sonores pour la société française.  

D’autres solutions pour lutter contre les bruits routiers 

Si le gouvernement choisit de lutter contre l’incivisme de certains deux-roues, il existe d’autres mesures pour limiter le bruit routier, comme le précise Bruitparif. Parmi celles-ci : la réduction de vitesse de 20Km/h, la délimitation de zones 30 ou de zones de rencontres, ou encore l'isolation des façades. Pour l’heure, un décret actant le déploiement des radars sonores doit être publié. Une solution qui fera peut-être davantage consensus que le contrôle technique des deux roues, abandonné par Emmanuel Macron en août dernier.  

Vous avez apprécié cette information ? Abonnez-vous à notre newsletter en cliquant ici ! 

Pour aller plus loin et agir à votre échelle, découvrez notre guide Idées Pratiques #9 : Comment vivre presque sans plastique ?

Au sommaire : état des lieux de la place du plastique dans nos vies, conséquences sur l'Homme et l'environnement, solutions pour s'en débarrasser... 68 pages de solutions pour passer à l'action.

Cliquez ici pour découvrir et commander votre guide Idées Pratiques.

#TousActeurs