Abonnez-vous

En vous abonnant, vous acceptez notre politique de confidentialité.

Politique

Les décisions prises par l'UE pourront être contestées en justice

©Jonathan Raa / NurPhoto / NurPhoto via AFP

Les ONG pourront contester un vaste éventail d'actes administratifs de l'UE en matière environnementale, selon un texte adopté par les eurodéputés, qualifié de "grande victoire" par l'association ClientEarth mais jugée insuffisant par les parlementaires écologistes.

Le Parlement européen, réuni en séance plénière à Strasbourg, a entériné à une très forte majorité de 554 voix (avec 127 voix contre et 10 abstentions), un accord conclu avec les Etats membres pour réviser le règlement d'application au sein de l'UE de la Convention d'Aarhus. Cette convention internationale signée en 1998 et ratifiée par l'UE en 2005, a pour objectif de garantir l'accès à l'information, la participation du public et l'accès à la justice sur les décisions concernant l'environnement. Le comité des Nations unies chargé de la superviser avait cependant estimé, en mars 2017, que l'UE ne garantissait pas à ses citoyens le droit de saisir la justice sur toutes les questions environnementales, mais seulement sur un nombre extrêmement réduit de texte, et il avait recommandé à Bruxelles de prendre les mesures nécessaires.

Le vote de mardi, "important pour la participation du public et la transparence", permet d'"élargir l'application de la convention d'Aarhus aux actes administratifs de l'UE ayant une dimension environnementale, avec une portée européenne", explique l'eurodéputé Christian Doleschal (PPE, droite), rapporteur du texte. L'organisation de juristes ClientEarth, basée à Bruxelles, a salué "une grande victoire pour tous les défenseurs de l'environnement", leur offrant "un outil supplémentaire crucial pour s'assurer que les lois européennes ne contredisent pas" l'ambitieux Pacte vert de l'UE, qui vise à atteindre la neutralité carbone du continent d'ici 2050.

Les restrictions précédentes "ont été retirées, ce qui signifie que les autorisations de pesticides, les limites d'émissions pour véhicules diesel ou encore les quotas de captures pour les pêcheurs seront soumis à la surveillance du public et contestables" en justice, observe l'ONG. Tout en regrettant, à l'unisson des eurodéputés Verts, que la révision maintienne une exception pour les aides d'Etats, qui ne pourront toujours pas faire l'objet de recours en justice - sous la pression selon eux de la Commission. "Cela constitue une atteinte directe à la démocratie" et empêche "de remettre en question, par exemple, le financement public de projets impliquant des énergies fossiles ou encore d'infrastructures dommageables à l'environnement", critique l'eurodéputée Marie Toussaint (Verts). Une dérogation assumée par Christian Doleschal : "Les aides d'État doivent continuer à être le moteur de la reprise économique" sans être à la merci de blocages juridiques, a-t-il fait valoir.

Avec AFP.

Vous avez apprécié cette information ? Abonnez-vous à notre newsletter en cliquant ici ! 

Pour aller plus loin et agir à votre échelle, découvrez notre guide pratiques "365 jours pour faire sa transition Made in France"

Au sommaire : enjeux, analyses, interview, quiz, conseils et astuces... 68 pages de solutions pour passer au 100% Made in France.