Abonnez-vous

En vous abonnant, vous acceptez notre politique de confidentialité.

Politique

Forêt, eau, énergie décarbonée : les trois premiers secteurs de la "planification écologique"

Elisabeth Borne, Medef, 29 août 2022.
©ERIC PIERMONT/AFP

La forêt, les prélèvements en eau et la production d'énergie décarbonée seront les trois premiers secteurs concernés par la "planification écologique" dont a été chargée la Première ministre Elisabeth Borne, qui s'exprimait devant le Medef lundi.

Planification écologique, qu'est-ce que c'est ?

Selon Mme Borne, il s'agit d'un plan qui doit être en France le pendant du "green deal" européen : "il établira toutes les transformations que nous devons engager dans nos façons de nous déplacer, de nous nourrir, de produire, de nous loger, de consommer". Car la France s'est engagée "à un doublement" de la baisse de ses émissions de gaz à effet de serre (GES) durant le quinquennat qui s'ouvre par rapport au précédent.

"Chaque secteur aura des objectifs de baisse d'émissions" de GES et "d'adaptation au changement climatique et devra définir une liste d'actions", ainsi qu'un "calendrier de mise en oeuvre précis, avec des points d'étape".

Quels secteurs concernés ?

La forêt, l'eau et la production d'énergie décarbonée seront les trois premiers secteurs où des négociations commenceront "dès le mois de septembre". "Protéger et mieux gérer nos forêts, c'est préserver notre biodiversité et nos puits de carbone", a dit Mme Borne, et "la baisse des prélèvements (d'eau) est essentielle pour nous adapter au changement climatique".

Pour la planification énergétique, elle se fera "autour du nucléaire et des énergies renouvelables". Les ministres de l'Agriculture et de la Transition énergétique Marc Fesneau et Agnès Pannier-Runacher piloteront ces trois premiers chantiers.

Quel calendrier ?

"Au cours de l'automne, la démarche sera engagée pour l'ensemble des secteurs", avec l'objectif d'aboutir "d'ici la fin de l'année à une première vision complète" de la planification écologique. Un "suivi constant" sera réalisé par le nouveau secrétariat général à la Planification écologique.

Un tableau de bord "doit être rendu public". "Chacun pourra voir où nous en sommes. Ce qui avance. Et ce qui reste à faire", a dit Mme Borne.

Quel rôle pour les entreprises ?

La Première ministre a estimé que "la décroissance" n'est "pas une solution" car elle "attaquerait notre niveau de vie" et "mettrait en péril le financement de notre modèle social".

Elle parie sur une "réindustrialisation par l'innovation" aidée par le plan d'investissement France2030, qui mobilise plus de 50 milliards d'euros pour soutenir des secteurs comme "l'hydrogène, les énergies renouvelables, les véhicules électriques, le nucléaire, les semi-conducteurs consommant moins, ou encore les matériaux pour la transition écologique". Elle s'engage à "aider les secteurs qui doivent changer", notamment l'automobile et "les travailleurs dont les professions évoluent, par l'anticipation, la formation et la reconversion".

La Première ministre a aussi demandé que la pratique consistant à conditionner une part de salaire des chefs d'entreprise "à l'atteinte d'objectifs RSE" "devienne la norme". Elle a également invité les patrons à aider leurs salariés "à adopter des mobilités plus propres", à limiter leurs déplacements et favoriser "les nouvelles manières de travailler".

Avec AFP.