Abonnez-vous

En vous abonnant, vous acceptez notre politique de confidentialité.

Politique

Covid-19 : la Convention citoyenne prépare 50 propositions pour la sortie de crise

©Katrin Baumann/www.conventioncitoyennepourleclimat.fr

La convention citoyenne pour le climat (CCC) a transmis vendredi 50 propositions à l'exécutif pour créer "un modèle économique et sociétal différent, plus humain et plus résilient", pour sortir de la crise provoquée par le coronavirus.

La Convention citoyenne pour le climat a été mise en place par le gouvernement après la crise des "gilets jaunes". Elle est composée de 150 citoyens représentant la société française et doit aboutir à des mesures pour lutter contre le réchauffement climatique "dans une logique de justice sociale".

Avant même la finalisation de ses travaux, la Convention a décidé de "partager sans attendre un certain nombre de ses propositions avec l'exécutif", selon un communiqué de presse. Ces mesures n'ont pas été rendues publiques car elles n'ont pas été votées par la Convention en session plénière et ne sont pas tout à fait finalisées.

La crise sanitaire du Covid-19 "n'est apparemment pas sans lien avec le dérèglement climatique et la dégradation de l'environnement", relèvent les citoyens. Alors que le gouvernement vient de doubler son plan d'urgence pour l'économie à 100 milliards d'euros, les membres de la Convention demandent que "les financements mobilisés dans le cadre de la sortie de crise soient socialement acceptables, fléchés vers des solutions vertes" et que les investissements aillent à "des secteurs d'avenir respectueux du climat". "Il faut absolument éviter les écueils de la crise de 2008 dont la relance a donné lieu (...) à des investissements dans les énergies fossiles", selon une déclaration publiée sur le site internet de la Convention.

Un "nouveau modèle de société" à construire

Les membres de la Convention, âgés de 16 à 80 ans et venus de toute la France, appellent à établir un "nouveau modèle de société". Ils plaident pour "une régulation de la mondialisation en faveur du climat", accompagnée d'une "relocalisation des activités des secteurs stratégiques pour assurer notre sécurité alimentaire, sanitaire et énergétique", le tout en améliorant "notre santé et notre bien-être collectifs". Le confinement a montré pour eux "combien les Français sont réactifs face à l'urgence". Ils demandent que, plus que jamais, les remarques des citoyens soient prises en compte.

Emmanuel Macron avait promis en janvier que des "décisions fortes" seraient prises sur la base des propositions finales de la Convention pour lutter contre le réchauffement, dont certaines pourront être soumises à référendum.

La dernière session de la Convention, qui devait se tenir début avril après six mois de travaux, a été repoussée sine die.

Avec AFP.

Vous avez apprécié cette information ? Abonnez-vous à notre newsletter en cliquant ici ! 

Pour aller plus loin et agir à votre échelle, découvrez notre guide pratique « L’écologie dans nos assiettes ».

Au sommaire : Tout pour faire sa transition alimentaire en douceur et répondre aux enjeux d’une alimentation plus durable !

Pour en savoir plus et commander votre guide, c’est par ici.

Merci ! #TousActeurs.

A lire aussi
Commentaires
Par Peter Bu - le 15/04/2020

"La dernière session de la Convention, qui devait se tenir début avril après six mois de travaux, a été repoussée sine die."
Serait-ce la punition pour la désobéissance de la Convention citoyenne qui prône, en urgence, la veille de la fin de ses travaux, que « "les financements mobilisés dans le cadre de la sortie de crise soient socialement acceptables, fléchés vers des solutions vertes" ?
Les autorités publiques ont exposé la Convention à la pression des plusieurs dirigeants de grandes entreprises et autres organismes opposées à cette vision (voir la liste des intervenants sur le site web de la Convention) et ont tout fait pour détourner son attention du nucléaire. Serait-elle tenté de plaider l'abandon du nucléaire au bénéfice des renouvelables ?

Par Peter Bu - le 15/04/2020

Pour voir qui est invité à "conseiller" les 150 citoyens de cette Convention, vous pouvez ouvrir le lien
https://www.conventioncitoyennepourleclimat.fr/intervenants
Le président de la république s'est invité à leur réunion.
Vous aurez quelques autres surprises, encore pires que je n'aurais cru. Les voici :
Élisabeth Borne, Ministre de la Transition Écologique et Solidaire
Augustin de Romanet, Président-directeur général du Groupe ADP (N.B. : Groupe ADP est un leader mondial de la conception, la construction et l'exploitation des aéroports.)
Olivier Dauger Elu de la Fédération nationale des syndicats d'exploitants agricoles (FNSEA) en charge des dossiers climat et énergie. (FNSEA étant un puissant lobby de l'agriculture industrielle.)
Jean-Philippe Ruggieri, Directeur général de Nexity (N.B. Nexity est une société immobilière française créée en 2000.)
André Broto et Raphaël Ventre Directeur de la Stratégie et Responsable de projets digitaux Vinci Autoroutes
Vincent Moulin-Wright Directeur général du Groupe des Fédérations Industrielles – MEDEF
Sébastien Soleille Responsable transition énergétique et environnement - BNP Paribas (N.B. : BNP Paribas est le 5ème plus gros prêteur à l'expansion du charbon au monde. Il promet d'en sortir en 2030.)
Florence Berthelot Déléguée Générale- Fédération Nationale des transporteurs routiers
Emmanuel Faber PDG – Groupe Danone
Floriane Fay Policy manager – Google
Eric Adam Directeur des relations institutionnelles – Carrefour
...........
Personne qui aurait traité du nucléaire.
...........
Tous les intervenants ou presque sont des "autorités", il y a peu de techniciens. Comment les 150 citoyens choisis au hasard se sentiront-ils devant cette muraille de dirigeants?
Et, pourtant, ils semblent leur tenir tête... !

Poster un commentaire
Vous devez être connecté pour poster un commentaire.
Déjà membre ? Je me connecte.
Je ne suis pas encore membre, Je crée mon compte.