Le gouvernement veut réduire de moitié l'usage des pesticides à l'horizon 2030.
© Marijakes/ Pixabay
Politique

Agriculture: les aides européennes à contre-courant des objectifs climatiques

Article réservé aux abonnés

Plus de 80% des versements de la Politique agricole commune (Pac) de l'Union européenne sont destinés directement ou indirectement à l'élevage, mettant à mal les objectifs climatiques de l'UE, souligne une étude de la revue scientifique Nature Food, publiée lundi.

Alors que les systèmes alimentaires représentent près du tiers des émissions de gaz à effet de serre qui contribuent au réchauffement climatique, la Pac est "économiquement dissuasive pour les transitions" vers des pratiques plus durables, selon cette étude.

"Nous avons mis en évidence que la Pac soutient de manière disproportionnée les produits carnés au détriment des productions végétales", indique l'autrice principale de l'étude, Anniek Kortleve, de l'université néerlandaise de Leiden.

"C'est un peu une surprise. C'est un peu plus prononcé que ce qu'ont montré d'autres études publiées précédemment, à cause de la prise en compte des aides pour l'alimentation animale", a-t-elle expliqué à l'AFP. Les subventions directes aux éleveurs représentent la moitié des aides — qui se sont élevées à 57 milliards d'euros en 2013 — finançant ainsi une agriculture hautement émettrice de gaz à effet de serre, selon les chercheurs.

Des subventions en soutien à l'élevage 

Le reste est en grande partie constitué de subventions en soutien à l'élevage, particulièrement à la production d'aliments, selon l'étude. Les aides à l'élevage bovin passent ainsi de 71 centimes d'euro par kilo à 1,42 euro, en incluant l'aliment pour le bétail.

L'étude se concentre sur 2013, dernière année où l'ensemble des données analysées sont disponibles, mais les chiffres des aides montre que "peu de choses ont changé" dans leur distribution jusqu'en 2020, a expliqué à l'AFP Paul Behrens, coauteur de l'étude.

Compte tenu de l'importance des aides agricoles dans le budget de l'UE, les auteurs de l'étude estiment qu'elles mettent à mal les objectifs du continent européen en matière d'atténuation et d'adaptation au réchauffement climatique.

A l'échelle mondiale, "les émissions du système alimentaire suffisent à nous emmener au-delà de 1,5 degré", a déclaré M. Behrens, en référence à la limite de hausse des températures fixée par l'accord de Paris sur le climat de 2015 par rapport à l'époque préindustrielle.

"Il sera très difficile de respecter cet objectif si on met en place un système économique qui encourage les productions les plus néfastes", a ajouté M. Behrens, professeur associé à l'université de Leiden. Réserver des étendues de terres aux animaux d'élevage et à leurs aliments empêche également la reforestation et d'autres pratiques qui pourraient permettre le retour de davantage d'espèces végétales et animales et une meilleure absorption du carbone, a-t-il ajouté.

Reconnaissant l'importance des aides pour les agriculteurs, il a appelé à "réinventer" le système pour encourager les "services à l'environnement" tout en s'adaptant aux conditions "beaucoup plus précaires" liées au réchauffement climatique.

Avec AFP.

Vous avez apprécié cette information ? Abonnez-vous à notre newsletter en cliquant ici ! 

Pour aller plus loin et agir à votre échelle, découvrez notre guide Idées Pratiques #13 : "Sport et écologie : mode d’emploi”. 

Au sommaire : enjeux, analyses, entretien décryptages... 68 pages pour faire du sport en étant écolo au quotidien ! 

Cliquez ici pour découvrir et commander votre guide Idées Pratiques. 

#TousActeurs

* Offre sans engagement valable pour toute nouvelle souscription d’un abonnement à l’Infodurable. Au-delà du 1er mois, à défaut de résiliation, reconduction tacite de l'abonnement à 6,90€ par mois. Le client peut à tout moment demander la résiliation de son abonnement. Cette résiliation prendra effet le dernier jour de la période d'abonnement en cours.
Pour toute question, vous pouvez contacter notre service client par mail contact@linfodurable.fr.