Abonnez-vous

En vous abonnant, vous acceptez notre politique de confidentialité.

Dans cet espace, la rédaction d’ID n’exerce pas de droit de regard sur les informations disponibles et ne saurait voir sa responsabilité engagée.
INFO PARTENAIRE

Les obligations durables peuvent-elles avoir un impact ?

©DR_Unsplash/Jo L'Helvète

Les détenteurs de dette sont la principale source de financement des nouveaux projets et de la croissance d’une entreprise. Les actionnaires peuvent voter, mais les détenteurs de dette peuvent faciliter les nouveaux projets - ou les étouffer en exigeant des taux plus élevés pour les mauvaises utilisations des fonds

A époque difficile, des besoins en capitaux plus exigeants

Une action collective est nécessaire pour relever les défis environnementaux et sociaux auxquels nous sommes confrontés. Les investissements à long terme doivent commencer dès maintenant, avec des capitaux nécessaires.

Prenons quelques exemples :

  • Pour ce qui est de l'environnement, l'UE vise une réduction des émissions d'au moins 55 % d'ici à 2030, pour atteindre la neutralité carbone d'ici à 2050. Les États-Unis ont également annoncé des objectifs de réduction des émissions pour 2030, un objectif de secteur électrique sans carbone d'ici 2035 et la neutralité carbone d'ici 2050.
  • Les défis sociaux retiennent de plus en plus l'attention de la communauté des investisseurs. Moins de la moitié de la population mondiale était couverte par des services de santé essentiels en 2017, avant le début de la crise sanitaire. L'éducation, elle aussi, a besoin d'investissements. Environ 258 millions d'enfants n'étaient pas scolarisés en 2018, soit près d'un cinquième de la population mondiale en âge d’aller à l’école.

Les marchés obligataires jouent un rôle clé

Les marchés internationaux des capitaux sont indispensables à la décarbonation de l'économie mondiale et à la réduction des inégalités sociales. Le marché obligataire est la plus grande classe d'actifs dans le paysage financier mondial, offrant une source continue de nouveaux capitaux.

La catégorie des obligations durables, qui vise à financer des projets environnementaux ou sociaux, ou à démontrer des objectifs de durabilité, connaît une croissance rapide. Suite aux fortes émissions et à l'intérêt des investisseurs en 2021, elle a atteint 1 900 milliards de dollars et pourrait dépasser 5 000 milliards de dollars d'ici 2025.

Une année record

Les émissions d'obligations durables - y compris les catégories verte, sociale, durable et liée à la durabilité - ont atteint 886 milliards de dollars jusqu'en novembre de cette année, soit une augmentation de 115 % par rapport à 2020. Les obligations vertes des entreprises, et surtout celles émises par les gouvernements, ont augmenté de 95 %. Les obligations sociales ont connu une augmentation de 57 %, l'UE et des organisations telles que la CADES et l'UNEDIC restant de solides émetteurs de cette catégorie.

Si les obligations vertes continuent de prédominer la catégorie des obligations durables avec une part de 60 % de l'encours, les obligations sociales et durables font des progrès impressionnants. Les émetteurs souverains émergents ont été à l'origine de l'augmentation de 142 % des obligations durables, notamment le Chili, le Pérou, le Bénin et la Malaisie, rejoints par les émissions des banques de développement.

Les obligations liées à la durabilité ont été lancées pour la première fois en 2020, avec 7 milliards de dollars émis. En 2021, 112 milliards de dollars de ces obligations ont été émis, avec des taux d'intérêt liés à des indicateurs clés de performance spécifiques (KPI). Un certain nombre d'émetteurs de titres à haut rendement se sont lancés sur le marché des titres liés au développement durable, tels que Rexel, Teva, Verallia et Faurecia.

En moyenne, les obligations vertes et durables ont été davantage sursouscrites que les obligations « classiques », ce qui témoigne du fort appétit des investisseurs. Cette « greenium », ou prime verte, est légèrement négative ; autrement dit, les obligations vertes offrent actuellement des rendements de 2 à 5 points de base inférieurs à ceux aux obligations « classiques ». Depuis septembre, le rythme s'est accéléré ; à l'approche de la fin de l'année, la moitié de des nouvelles émissions se situe actuellement dans les catégories des obligations durables.

Un peu de nomenclature

La classe d'actifs des obligations durables, elle-même assez récente, se composait uniquement d'obligations vertes jusqu'à très récemment. Aujourd'hui, la classe d'actifs des obligations durables englobe quatre catégories :

  • Obligations vertes (Green bonds) : financement de projets ayant un impact écologique spécifique
  • Obligations sociales (Social Bonds) : financement de projets ayant un impact social
  • Obligations durables (Sustainability Bonds) : projets ayant à la fois une composante verte et sociale
  • Obligations liées à la durabilité (Sustainability-Linked Bonds) : ces obligations ne financent pas de projets spécifiques, mais leurs coupons sont liés à des thèmes ESG et le taux d'intérêt versé dépend de la réalisation d'indicateurs clés de performance prédéfinis.

ICMA - International Capital Market Association

NACE - Classification statistique des activités économiques / industries dans l'UE

L'UE porte drapeau

Le plan de relance pour l’Europe « EU Next Generation post-Covid-19 Recovery Plan », qui soutient les activités vertes et numériques, prévoit de lever 30 % des fonds de son programme par l'émission d'obligations vertes. Avec un potentiel de 250 milliards d'euros à émettre entre 2021 et 2026, l'UE sera l'un des plus grands émetteurs verts au monde.

L'UE a émis 12 milliards d'euros pour le seul mois d'octobre 2021, avec un fort succès. Nous prévoyons 40 milliards d'euros supplémentaires d'émissions européennes en 2022. Le cadre des obligations vertes de nouvelle génération, dévoilé en septembre 2021, est conforme à la stratégie ESG globale de la Commission, aligné sur les principes des obligations vertes de l'ICMA ; il remplit toutes les conditions de la taxonomie de l'UE sauf une (la mention des codes industriels définis par la NACE). Les fonds sont destinées à la recherche et à l'innovation, ainsi qu'aux technologies numériques soutenant la transition verte, l'efficacité énergétique, les énergies propres, l'adaptation au changement climatique, la gestion de l'eau et des eaux usées, les transports propres, la protection de la nature, la réhabilitation et la biodiversité.

Plus de 1 000 milliards de nouveaux financements durables pour 2022 ?

Nous prévoyons plus de 1 000 milliards de dollars d'émissions de dette durable des quatre catégories en 2022, dont 500 milliards de dollars d'obligations vertes, les entreprises recherchant des solutions plus écologiques. Les nations ont tout intérêt à financer leurs transitions vertes. Le volume attendu pour les obligations liées à la durabilité pourrait être d'environ 250 milliards de dollars. Les émetteurs émergents, en particulier, continueront à explorer ce segment. Ces obligations continueront à susciter un vif intérêt, notamment de la part des émetteurs à haut rendement et des secteurs tels que les biens d'équipement ou les biens de consommation non cycliques. Nous prévoyons environ 200 milliards de dollars pour l'utilisation de telles obligations. Les obligations sociales vont poursuivre leur trajectoire, mais le marché a besoin de plus de clarifications sur la taxonomie sociale avant de « passer à l’offensive ».

Des investisseurs de plus en plus exigeants

Les investisseurs deviennent de plus en plus pointilleux, rigoureux et exigeants quand il est question de de réclamations et d’investissements environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG). Un avantage pour les investisseurs en obligations est que les instruments de dette peuvent être limités à des actifs ou des projets spécifique. Alors que la demande des investisseurs en matière de clarté et d'impact ESG augmente, les émetteurs reconnaissent que les instruments finançant un impact définissable sont plus faciles à vendre et offrent davantage de transparence.

De plus en plus d’opportunités!

Les obligations durables sont déjà un marché profond, diversifié et qui offre de belles opportunités pour les investisseurs. Nous pensons qu'il continuera à se développer pour devenir une classe d'actifs importante. En investissant dans des instruments ayant des objectifs tels que l'aide à la décarbonation et le soutien aux autres objectifs de développement durable des Nations Unies, les investisseurs disposent d'options supplémentaires pour un investissement responsable dans les obligations , au-delà de l'intégration ESG.

La réglementation, l'offre et le comportement des investisseurs détermineront la tendance. Au fur et à mesure que la classe d'actifs croît en taille et en complexité, davantage d'options sont disponibles, et davantage de compétences et de sélectivité sont nécessaires.

Céline Deroux, Senior Fixed Income Strategist, Global Bonds

Ce document est publié pour information uniquement, il ne constitue pas une offre d'achat ou de vente d'instruments financiers, ni un conseil en investissement et ne confirme aucune transaction, sauf convention contraire expresse. Bien que Candriam sélectionne soigneusement les données et sources utilisées, des erreurs ou omissions ne peuvent pas être exclues a priori. Candriam ne peut être tenue responsable de dommages directs ou indirects résultant de l'utilisation de ce document. Les droits de propriété intellectuelle de Candriam doivent être respectés à tout moment; le contenu de ce document ne peut être reproduit sans accord écrit préalable.

Le présent document n’est pas une recherche en investissement telle que définie à l’article 36, §1 du règlement délégué (UE) 2017/565. Candriam précise que l’information n’a pas été élaborée conformément aux dispositions légales promouvant l'indépendance de la recherche en investissements, et qu’elle n'est soumise à aucune interdiction prohibant l'exécution de transactions avant la diffusion de la recherche en investissements.