Abonnez-vous

En vous abonnant, vous acceptez notre politique de confidentialité.

En bref

Développement durable : 4 bonnes choses à savoir sur la finance responsable

©iamnoonmai/Shutterstock

La finance responsable est un nouveau type de financement vers lequel se tournent de nombreuses entreprises en quête de capital. Ce financement, orienté vers les projets de développement durable, est sujet à plusieurs critères qui font de lui un fonds inaccessible pour certaines entreprises.

En effet, certaines entreprises désapprouvées pour leurs méthodes de gestion non respectueuses de l'environnement et de la communauté dans laquelle elles se développent y sont inéligibles.

Aussi, les entreprises qui souhaitent bénéficier de ce type de financement sont-elles tenues d’inclure dans la gestion de leurs projets une dynamique environnementale et respectueuse de la biodiversité et des écosystèmes.

La finance responsable, c’est quoi ?

La finance responsable est un nouveau type de financement mis à la disposition des entreprises. Pour bénéficier de ce financement, les entreprises doivent justifier de la contribution de leurs projets au développement durable de leurs communautés, de leurs régions ou de leurs pays.

Les entreprises devront spécifiquement fournir, preuves à l’appui, les outils et démarches mis en place pour maîtriser les risques et pour atteindre les performances sociales et environnementales autant que celles économiques. 

On retient surtout que la finance responsable a connu, ces dernières années, une ascension fulgurante en France comme dans bien d’autres pays du monde. Cependant, il existe très peu d’employés au sein des entreprises demandeuses qui sont capables de faire face aux exigences en matière de financement responsable.

Si vous souhaitez faire carrière dans le secteur de la finance éthique ou responsable, rendez-vous sur le site de l'école de commerce ESI. On y propose aux étudiants des formations spécialisées qui leur permettront d’aider au mieux leurs futures entreprises à s’adapter aux critères d’éligibilité et à capter ces nouveaux financements orientés vers le développement durable. Les entreprises peuvent également envoyer leurs employés pour mettre à jour leurs connaissances. Ils pourront y suivre une formation en alternance.   

La première forme de finance responsable : l’ISR (Investissement Socialement Responsable)

L’ISR fonde son action sur le financement des entreprises dont les différents projets ont un impact environnemental certain. Le second critère de financement concerne l’impact social. Bien sûr, l’entreprise privée comme publique doit justifier d’une forte croissance économique ; faute de quoi, elle ne sera pas financée. Le critère de la gouvernance est également pris en compte.

En effet, les fonds ISR encouragent les gouvernements porteurs de projets à forts impacts environnementaux et compte ainsi inciter d’autres gouvernements d’autre pays à prendre des mesures de sauvegarde de l’environnement et de la biodiversité. Tout ceci vise à favoriser une économie responsable.  

Par ailleurs, il existe 4 critères complémentaires pertinents qui augmentent les chances des entreprises de pouvoir bénéficier d’un ISR. Il s’agit notamment de :

  • L’obligation pour les entreprises d’intervenir dans les secteurs précis tels que l’agriculture bio, les énergies renouvelables, la conservation de la biodiversité, etc. Les entreprises spécialisées dans la fabrication du tabac, de l’huile de palme, des énergies fossiles, armement nucléaire, OGM, etc. sont systématiquement exclues de ce type de financement. On parle de fonds d’exclusion. Les entreprises corrompues ne sont pas, non plus, éligibles.
  • L’engagement formel des actionnaires des entreprises et des autorités publiques. Ils prouvent ainsi leurs volontés à œuvrer, désormais, pour des actions en faveur du développement durable ;
  • L’implication des entreprises dans des projets environnementaux dits verts comme la réduction d’émissions de gaz à effet de serre. On parle de finance verte ou fonds d’impacts. 

La deuxième forme de finance responsable : la finance solidaire

La finance solidaire est une forme de financement qui donne la priorité aux produits financiers solidaires. Pour ce type de financement, la rentabilité n’est pas une priorité.

Il existe, par ailleurs, une multitude de critères qui vont au-delà de l’aspect environnemental. Les projets à forts impacts sociaux qui travaillent à réduire le chômage, à développer un commerce équitable et à promouvoir la création de logements sociaux sont très bien appréciés par les fonds solidaires. Très souvent, les associations éligibles à ce type de financement sont les fondations, les associations, les ONG et toute autre organisation à but non lucratif.  

La troisième forme de finance responsable : Le financement participatif ou crowdfunding

En matière de finance responsable, le financement participatif est un type de financement qui a connu, ces dernières années, un boom spectaculaire.

Le crowdfunding ou "financement par la foule" existe sous plusieurs formes dont les plus courantes sont l’investissement. L’investissement dans le contexte du crowdfunding se fait selon trois modalités. Il s’agit, notamment, de l’investissement en royalties, en obligations ou en capital.

La finance responsable à travers le crowdfunding se fait également par prêt avec ou sans intérêt. C’est dans ce cas qu’on parle crowdlending.

La toute dernière forme de financement participatif est celle la plus répandue : le don. Concernant cette forme de crowdfunding, certaines plateformes sur internet exigent des récompenses en retour pour les donateurs. Ces donateurs ne financent que des projets solidaires à fort impact social et environnemental et capable de toucher des milliers de personnes. C'est aussi cela le développement durable. 

 

A lire aussi
Commentaires
Par fabrice revol - le 11/01/2021

Bonjour,
je trouve que l'usage du terme financement dans votre paragraphe consacré à l'ISR est inapproprié car environ 95% des encours des fonds ISR et peut être plus ne servent pas à financer les entreprises dont ils acquièrent les actions ; il faut pour cela une augmentation de capital ou une introduction en bourse ; les fonds actions ISR ou non achètent majoritairement des actions à d'autres porteurs d'actions et ne financent donc pas les entreprises ; à moins que vous ne parliez de fonds ISR sur le segment des dettes type greenbonds par exemple
Bien à vous

Poster un commentaire
Vous devez être connecté pour poster un commentaire.
Déjà membre ? Je me connecte.
Je ne suis pas encore membre, Je crée mon compte.