Abonnez-vous

En vous abonnant, vous acceptez notre politique de confidentialité.

En bref

Changement climatique : le "fonds vert" porté à 2 milliards d'euros

Palais de l'Elysée.
ERIC FEFERBERG/AFP

Le "fonds vert" d'accélération de la transition écologique dans les territoires sera doté de deux milliards d'euros, a annoncé mardi la secrétaire d'Etat chargée de l'Ecologie Bérangère Couillard.

"Il s'agit bien de crédits nouveaux, tous orientés vers l'adaptation de nos territoires aux enjeux du changement climatique et de la lutte contre l'érosion de la biodiversité", a déclaré Mme Couillard en ouverture du congrès du comité français de l'Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) au ZooParc de Beauval (Loir-et-Cher). Ce fonds destiné aux collectivités locales pour les aider à lutter contre le changement climatique était initialement doté de 1,5 milliard d'euros, selon les annonces de la Première ministre Elisabeth Borne fin août.

Les fonds iront là où les projets seront. Majoritairement, c'est pour accompagner les collectivités à mettre en place un certain nombre de projets qui sont en faveur du climat et de la biodiversité."

"Les fonds iront là où les projets seront. Majoritairement, c'est pour accompagner les collectivités à mettre en place un certain nombre de projets qui sont en faveur du climat et de la biodiversité", a ajouté la secrétaire d'Etat. Ce fonds contribuera notamment à la Stratégie nationale biodiversité (SNB) à hauteur de 150 millions euros, a précisé Mme Couillard. Cinquante millions d'euros seront dédiés à la mise en oeuvre de la Stratégie nationale pour les aires protégées.

25 millions pour la protection des espèces, 20 millions pour la dépollution...

Vingt-cinq millions d'euros iront pour la protection des espèces : "15 millions pour des mesures favorables aux insectes pollinisateurs" et "10 millions pour la conservation et la restauration d'espèces menacées". La SNB bénéficiera aussi de 20 millions "fléchés vers la lutte contre les espèces exotiques envahissantes" et "20 millions d'euros iront vers la dépollution dont la lutte contre les plastiques avec des expérimentations de récupération des macro-déchets et des actions de retrait d'épaves abandonnées dans les aires protégées".

La secrétaire d'Etat a aussi annoncé le durcissement de la position de la France sur la protection des cétacés menacés par la pêche dans le Golfe de Gascogne. "La situation n'est clairement pas acceptable car les captures accidentelles mettent aujourd'hui en péril les populations de dauphins", a-t-elle estimé. "Les fermetures spatio-temporelles ne sont plus un tabou. (...) Si elles s'avèrent la seule solution efficace, nous les imposeront", a insisté Mme Couillard, faisant référence à de possibles interdictions de pêche temporaires dans les zones de migration des dauphins. Dès l'hiver, une expérimentation à grande échelle de différents dispositifs pour équiper les chalutiers afin d'éloigner les dauphins des filets sera lancée afin d'en "objectiver l'efficacité".

"Il y avait du budget pour équiper les chalutiers. Ca ne coûtait rien aux pêcheurs et ils ne l'ont pas fait. Maintenant le ton monte", a-t-elle prévenu lors d'un point presse. "On discutera avec les Espagnols", a-t-elle ajouté. "Mais la situation n'est plus tenable aujourd'hui, on ne peut pas rester dans cette situation."

Avec AFP.