Abonnez-vous

En vous abonnant, vous acceptez notre politique de confidentialité.

DOSSIER PARTENAIRE

Vrai ou faux ? Les huit choses à savoir sur l’océan

80 % du total de déchets plastiques accumulés en mer serait d’origine terrestre.
©Dotted Yeti/Shutterstock

[DOSSIER OCEANS] Ce 8 juin, à l’occasion de la journée mondiale de l’océan, voici le vrai du faux de cette immensité bleue que l’on connaît mal.

On l’appelle la Planète bleue. Mais pourquoi la Terre a-t-elle hérité d’un tel surnom ? Sans aucun doute, en référence à l’infini d’eau qui la compose : océans, mers, fleuves, lacs ou rivières occupent en effet 75 % de la surface du globe.

Vue de l’espace, la Terre est donc largement vêtue de bleu. Pourtant, les océans demeurent aujourd’hui parmi les grandes inconnues des sciences humaines. Info et intox à l’occasion de cette journée mondiale qui leur est dédiée.

1) Les océans absorbent plus de CO2 que les forêts

VRAI. Ils sont indispensables à la régulation du climat. Selon l’IFREMER, “un quart du gaz carbonique issu de la combustion des énergies fossiles est absorbé par les eaux marines de surface puis réparti dans toute la colonne d’eau, entraîné par les courants océaniques”. Cette absorption étant particulièrement efficace dans les eaux froides, le dérèglement climatique, qui réchauffe l’océan, affecte ce rôle.

2) D’ici 2100, le plastique remplacera les poissons dans l’océan

FAUX. Selon une étude conjointe du Forum économique mondial et de la fondation Ellen McArthur, en 2050, on trouvera plus de plastique que de poissons dans l’océan... La masse de déchets produits par l’Homme se retrouve abandonnée dans la nature et de facto, en mer. Ils s’agglutinent d’ailleurs au gré des courants marins, au point de former une immense “île” de déchets que l’on considère aujourd’hui comme le “septième continent”. À mi-chemin entre Hawaï et la Californie, la taille de ce “vortex plastique” est estimée à 1,6 millions de kilomètres carré - soit trois fois la taille de l’Hexagone. Selon cette même étude, quelque 150 millions de tonnes de plastiques vogueraient aujourd’hui sur les eaux du globe. Selon les projections, les océans seront peuplés d’une tonne de plastique trois tonnes de poissons en 2025. D’ici 2050, ces derniers se trouveront donc minoritaires.

©DR

Découvrez tous les défis pour protéger notre environnement ici

 

3) 20 % de la surface océanique est classée comme réserve naturelle

FAUX. C’est en réalité seulement 1 % de l’océan qui jouit de cette catégorie. Selon l’UNESCO, “12 % de la superficie terrestre est protégée, contre 1 % de l’océan mondial et des mers adjacentes”.L’ONU propose de protéger 30% de la planète d’ici 2030.    

4) Plus de la moitié des espèces marines pourraient disparaître en 2100

VRAI. Toujours selon l’UNESCO, en considérant qu’aucun changement significatif n’ait été opéré d’ici là, plus de la moitié des espèces marines pourraient être éteintes ou au bord de l’extinction en 2100.

Pourtant, 90 % de l’habitat naturel de la Terre vit dans l’océan. On estime aujourd’hui que l’équivalent de la surface du Royaume-Uni a d’ores et déjà été détruite.

5) Nous avalons en moyenne 52 000 microparticules de plastique par an

VRAI. Une étude canadienne parue en 2019 dans la revue Environmental Science and Technology a révélé que l’Homme ingérait en moyenne 52 000 particules de microplastique chaque année. Issues de la dégradation de produits du quotidien, si l’on prenait en compte la pollution de l’air à laquelle nous sommes exposés, ce chiffre passerait la barre des 121 000. En d’autres termes, nous avalons donc l’équivalent... d’une carte bancaire chaque semaine.

Retrouvez l'ensemble de notre dossier "Comprendre l'océan pour agir au quotidien", dans le cadre de la Journée Mondiale de l'Océan, par ici

6) 80 % des déchets en mer ont été jetés depuis les bateaux

FAUX. Selon la Fondation Tara, qui navigue autour du monde pour étudier la pollution marine, 80 % du total de déchets plastiques accumulés en mer serait d’origine terrestre.

7) 300 millions de personnes pourraient être menacées par la montée des eaux d’ici le demi-siècle

VRAI. Parue en 2019 dans la revue Nature Communications, une étude affirmait que d’ici 2050, 300 millions de personnes habitant des zones côtières pourraient se trouver menacées par la montée des eaux. L’Asie serait par ailleurs particulièrement concernée par ce phénomène puisque plus des deux-tiers des populations en danger se trouveraient en Chine, au Bangladesh, en Inde, au Viêtnam, en Indonésie et en Thaïlande.

8) L’Homme connaît aujourd’hui plus de la moitié de l’océan

FAUX. C’est en réalité 95 % des fonds océaniques qui nous sont inconnus. Alors que 75 % d’eau recouvre le globe, on ne connaît que 5 % de cette surface : les abysses sont particulièrement méconnus alors que l’on estime qu’ils pourraient abriter quelque dix millions d’espèces. Entre les années 60 et 2020, seulement cinq expéditions ont eu lieu pour atteindre la fosse des Mariannes, le point le plus profond de l’océan, à près de 11 000 mètres sous la surface. Un sac plastique y a d’ailleurs été retrouvé. À l’inverse, douze hommes ont marché sur la Lune entre 1969 et 1972.

©Carole Flies/ID

En partenariat avec La Macif.

©DR

Vous avez apprécié cette information ? Abonnez-vous à notre newsletter en cliquant ici ! 

Pour aller plus loin et agir à votre échelle, découvrez notre guide pratique « Slow Life : mode d’emploi pour ralentir »

Au sommaire :  tout pour entreprendre un passage à une vie plus douce et apprendre à ralentir dans tous les domaines du quotidien.


Pour en savoir plus et pré-commander votre guide à tarif préférentiel, c’est par ici. 

#TousActeurs