Abonnez-vous

à toute l'info durable !

En vous abonnant, vous acceptez notre politique de confidentialité.

Reportage

Une mort sans impact dans un cimetière écologique

Depuis le mois d’août, le cimetière parisien d’Ivry abrite une parcelle de terre dite "écologique" où les enterrements sont pratiqués de sorte à ce que les défunts laissent derrière eux l'impact le plus faible possible sur la planète. Reportage. 

Tout au bout de l'allée, dans la 44ème division aile Sud du cimetière parisien d'Ivry, une petite parcelle de gazon verdoyant se niche entre les traditionnelles pierres tombales et les sépultures de guerre des soldats disparus. Deux monuments funéraires taillés dans le bois habillent cet espace écologique d'un peu plus de 1500 mètres carrés.

Dévoilée en août dernier, cette atypique parcelle de terre a accueilli ses premiers défunts ce mois d'octobre. 157 emplacements y sont disponibles. L'été dernier, Pénélope Komitès, adjointe à la Maire de Paris en charge des espaces verts, déclarait auprès du Parisien : "Nous avons eu des demandes de personnes souhaitant ne pas avoir d'impact sur la planète après leur mort. C'est ce qui nous a donné envie de nous lancer."

Inspirée du cimetière écologique de Niort, à Ivry, la parcelle "verte" abrite deux cercueils inhumés en pleine terre. L'un d'eux affiche la date du décès en 2017 : "Cette famille voulait un enterrement écologique. Le défunt était donc en caveau provisoire jusqu'à ce que cette partie du cimetière soit disponible", nous explique l'un des gardiens du site. Pour Jean, retraité de 71 ans croisé au détour des allées, si l'idée d'un enterrement écologique lui semble surprenante, elle est aussi poétique : "Je ne connaissais pas ce concept, mais je le trouve assez beau. Revenir à la poussière, sans laisser aucune trace derrière soi...".

100 % biodégradable 

Selon une étude publiée en 2017 par la mairie de Paris, mettre un mort en terre contribue au relâchement de plus de 869 kg d'équivalent CO2, soit 3,6 fois plus que lors d'une crémation. C'est presque autant qu'un aller-retour Paris/New York. 

À Ivry, le bilan carbone de ces enterrements écologiques doit être le plus faible possible : objectif 100 % biodégradable. On n'y trouve donc aucune pierre tombale, et les cercueils - faits de bois ou de carton de provenance locale et sans vernis - sont inhumés en pleine terre, exemptés de caveau.

De plus, avant tout enterrement, les familles des défunts signent une charte d'engagement spécifiant notamment qu'aucune intervention de thanatopraxie n'a été pratiquée sur la dépouille. Ce processus de conservation et de préparation du corps avant l'enterrement nécessite une dizaine de litres en moyenne de produits aseptiques et stérilisants qui libèrent des dioxines lors de la crémation, ou s'infiltrent et polluent les sols et les eaux lors du processus de décomposition.  

Enfin, le défunt doit être vêtu de vêtements en fibres naturelles

Écologique et économique 

Au-delà de ces enterrements neutres ou presque, le cimetière fait aussi attention à la préservation du paysage environnant et de la biodiversité qui y est abritée. À chaque coin des allées, on trouve des panneaux spécifiant que l'utilisation des pesticides est proscrite : "Dans cette division, pour favoriser la biodiversité urbaine, la Ville de Paris n'utilise plus de désherbant. La zone sera désherbée manuellement."

Au fond de la 44ème, sur le carré écologique dans cette "prairie naturelle", seuls les végétaux de petite taille sont acceptés. Pour fleurir les tombes, on préfère les fleurs de saison. Enfin, le tout est entretenu par la ville dans le respect de la nature : "les arbustes, tels que les rosiers, ou encore les plantes vivaces ne sont pas non plus acceptés pour des raisons évidentes de taille. Ce nouvel espace est conçu comme un grand espace vert avec des stèles en bois sans cerclage", souligne la mairie

Et qui dit écologie, dit économies. La ville soutient que ce type d'enterrement représente également un avantage financier : "une inhumation écologique coûte 22 % moins cher : 294 euros pour une concession de 10 ans contre 376 euros en moyenne. Le choix de la stèle est soumis à l'approbation de l'administration qui veille à ce que le matériau choisi ne perturbe ni l'aspect naturel recherché ni sa qualité environnementale. Cet avantage permet aux familles de ne pas laisser d’entretien aux descendants."

Vous avez apprécié cette information ? Pour nous permettre de préserver notre indépendance et vous proposer des contenus toujours plus nombreux et rigoureux, vous pouvez soutenir notre travail. 

Si vous avez une minute et 1€, cela peut faire la différence pour nous. Merci ! #TousActeurs.