Abonnez-vous

à toute l'info durable !

En vous abonnant, vous acceptez notre politique de confidentialité.

LE RÉCAP'

Polluants dans notre organisme, zones anti-pesticides, écologie dans les médias... Ce qu'il ne fallait pas manquer cette semaine

©Alexpunker/Shutterstock

L'organisme de tous les Français qui accueille plusieurs polluants du quotidien dont des bisphénols, des phtalates, des solvants et des parabènes ; le ministre de l'Agriculture Didier Guillaume qui s'exprime sur les "zones anti-pesticides" en France ; et la rentrée des médias qui s'opère sous le signe de l'écologie... C'est l'actualité durable de la semaine qu'il ne fallait pas manquer !

"Un esprit sain dans un corps sain"... Oui mais encore faut-il pouvoir avoir un corps sain. Selon une étude publiée le 3 septembre dernier par Santé publique France, c'est confirmé : l'organisme de "tous les Français" accueille des bisphénols, des phtalates, des parabènes, des éthers de glycol, des retardateurs de flamme bromés et des composés perfluorés... La présence de ces polluants a été mesurée dans l'organisme des enfants et des adultes, auprès d'un large échantillon. Ils sont pour certains des perturbateurs endocriniens ou des cancérigènes, avérés ou suspectés, rappelle Santé publique France dans un communiqué. Ils se cachent dans des produits ménagers, des cosmétiques, des emballages alimentaires (relire notre article ici), etc. Clémence Fillol, responsable de la surveillance biologique à Santé publique France, a toutefois précisé à l'AFP : "Nous nous sommes intéressés à ces substances parce qu'il y a une préoccupation sanitaire, mais en aucun cas on ne peut prédire si les valeurs retrouvées représentent un risque sanitaire pour la population, car on manque encore de connaissances sur le sujet". À noter que des niveaux d’imprégnation plus élevés sont retrouvés chez les enfants.  

Dans le même temps, le gouvernement a présenté sa feuille de route contre les perturbateurs endocriniens : 


Les "zones anti-pesticides"

Les arrêtés anti-pesticides se multiplient dans l'Hexagone : le maire de Nanterre est le dernier en date à avoir rejoint la liste des élus anti-pesticides, à l'image de Daniel Cueff, le maire de Langouët, en Bretagne, dont l'arrêté a d'ailleurs été suspendu le 27 août dernier par le tribunal administratif de Rennes. Interrogé sur le sujet, le ministre de l'Agriculture, Didier Guillaume, a indiqué cette semaine sur Europe 1 s'opposer à l'idée "d'une interdiction générale de traitement par des produits phytosanitaires dans une zone uniforme de 150 mètres autour de bâtiments habités", proposée par des maires et des associations.

Une consultation publique de six semaines doit être lancée par le gouvernement début octobre dans les préfectures, avec tous les acteurs (riverains, associations, élus...). Le but est d'établir des chartes territoriales pour que soient fixées les règles d'épandage de pesticides. 

Une rentrée des médias très "écolo"

En cette rentrée des médias, les rendez-vous écologiques sont de mise. En voici quelques-uns.

Quatre primes de la série de documentaires Sur le front avec Hugo Clément sont prévus sur France 2 :

Sur la même chaîne, on retrouvera également un grand prime dédié à la préservation de l'environnement avec Nicolas Hulot : Dix défis pour la planète, présenté par Anne-Élisabeth Lemoine et Nagui. 

Sur France Inter, direction l'émission La Terre au carré présentée par Mathieu Vidard, du lundi au vendredi de 13h30 à 14h30, qui aborde "toute l’actualité de la planète pour imaginer le monde d’aujourd’hui et de demain". 

Toujours sur les ondes, un autre rendez-vous nous est donné sur RTL avec Yann Arthus Bertrand à 19h15 dans RTL Dimanche Soir. Le président de la fondation Good Planet fait le point sur les adaptations nécessaires à la préservation de la planète avec Philippe Robuchon. 

Et sur ID alors ? Au-delà de nos actualités durables quotidiennes, Valère Corréard, directeur du média, proposera à compter du dimanche 15 septembre à 18h son podcast bimensuel Transition(s). Au programme : des témoignages de citoyens ayant, à leur échelle, réalisé une transition radicale dans leur quotidien. Une blogueuse parisienne qui a fait le choix de ne pas avoir d’enfant, un ancien chercheur en agronomie qui s’engage sur la thématique de l’effondrement, un ex-tradeur converti en instituteur après avoir appris que sa mère était condamnée... À bientôt pour ce nouveau rendez-vous (et n'hésitez pas à nous faire part de vos propres expériences) !

 

Vous avez apprécié cette information ? Pour nous permettre de préserver notre indépendance et vous proposer des contenus toujours plus nombreux et rigoureux, vous pouvez soutenir notre travail. 

Si vous avez une minute et 1€, cela peut faire la différence pour nous. Merci ! #TousActeurs.