Abonnez-vous

à toute l'info durable !

En vous abonnant, vous acceptez notre politique de confidentialité.

Chronique

Ne jetons plus les sapins sur les trottoirs !

De nombreux sapins jonchent encore à cette époque les trottoirs des grandes villes de France.
©Sjstudio6/Shutterstock

Cela n’a échappé à personne et ce n’est toujours pas fini, on voit fleurir des amas de sapins secs dans les rues de Paris et d’ailleurs, c’est un éternel recommencement d’année en année. Une habitude de nombreuses personnes qui interroge sur notre relation au végétal et, plus largement, à la nature. Chronique. 

C’est quand même particulier quand on y pense. Jeter un arbre sur un trottoir, plutôt à l’abri des regards si possible. C’est d’ailleurs pas plus mal car on encourt une amende entre 100 et 150 euros si on est pris la main… dans le sapin. Et pour faire cela bien, on les retrouve même avec un bon gros sac en plastique non recyclable qui nous a évité quelques épines pour le sortir… la fin justifie les moyens.

Pas d’excuse à Paris

Particulièrement pour Paris où la ville met à disposition pas moins de 195 points de dépôt pour nos sapins, il y en donc à peu près partout, il faut juste faire l’effort d’y aller, on a su faire le même effort pour acheter. Certains me diront que ce n’est qu’un sapin, du végétal et que son incinération ou son enfouissement est peu impactant. Peut-être. 

On peut aussi répondre qu’on en vend six millions par an, qu’ils mettent plusieurs années à grandir, qu’ils représentent aussi une somme de ressources et de carbone. Et qu’à l’heure de l’urgence écologique, jeter un sapin de 10 ans sur un trottoir dans un sac plastique cela interroge un peu non ? Remarquez, les producteurs de sapins sont confrontés au dérèglement climatique donc à ce rythme le problème sera réglé par un autre problème !

Côté solutions, vous avez le choix. Un jardin : optezpour un sapin en pot pour essayer de le replanter ou en faire du compost (c’est un excellent désherbant naturel) ; les points de collecte comme à Paris, Versailles ou ailleurs ; et au pire la décharge…

Le végétal, une solution (parmi d’autres) pour le climat

C’est vrai, un arbre capte le carbone mais il est aussi une véritable climatisation naturelle. Ce qui est particulièrement utile dans les grosses villes qui vont avoir de plus en plus chaud l’été.

Il existe d’ailleurs des initiatives pour promouvoir la végétalisation des espaces en ville. C’est le cas des permis de végétaliser à Paris qui permettent de créer un petit bout de jardin en occupant un petit espace public. D’autres villes vont jusqu’à végétaliser les abribus (Utrecht aux Pays Bas) ou les toits des bus (Singapour). Chacun peut bien sûr planter sur un balcon, un rebord de fenêtre ou pourquoi pas changer de moteur de recherche.

Par exemple, Ecosia utilise les revenus publicitaires générés par les recherches pour replanter des arbres…plus de 80 millions d’arbres sont déjà à l’actif de cette initiative allemande déclinée en France.

Pour voir la chronique #TousActeurs diffusée sur France 3 Paris/IDF:

Ensemble c'est mieux 14012020

Vous avez apprécié cette information ? Vous aimerez également notre guide pratique "Bébé (aussi) sera écolo!"

Au sommaire : qualité de l'air, hygiène, équipements, habillement, alimentation...Tout pour un quotidien écolo avec bébé !

Pour en savoir plus c'est par ici.

Merci ! #TousActeurs.