Le brief

Mobilité propre, "fake science" et alerte sur les masques anti-pollution : ce qu’il ne fallait pas manquer cette semaine

©GEOFFROY VAN DER HASSELT/AFP

La "fausse science" pointée du doigt par une enquête du Monde, un accord conclu entre l'Union Européenne et la Chine pour lutter contre le réchauffement climatique, et les premières mesures pour une mobilité durable présentées par le gouvernement au programme de l'actualité du développement durable cette semaine.

Dans une enquête publiée jeudi 19 juillet, le journal Le Monde – en collaboration avec une quinzaine de médias internationaux, dont The New Yorker ou Süddeutsche Zeitung alerte sur la "fausse science" ou "fake science". La production d’études scientifiques peu contrôlées et publiées très rapidement par certains journaux scientifiques est ainsi pointée du doigt.

La lutte contre le réchauffement climatique s'intensifie : l’Union Européenne et la Chine ont signé, lundi 16 juillet, un accord pour limiter le réchauffement climatique, lors de leur 20ème sommet bilatéral. L’objectif : faciliter la coopération scientifique, économique et politique en vue de réduire les émissions de CO2.

Après le climat, c’est la préservation des mers et des océans que les députés ont décidé d’intégrer à la Constitution. Ce sera dans l’article 34 qui liste les domaines dans lesquels la loi peut intervenir que cette référence sera intégrée.

Mesures anti-pollution

Les masques anti-pollution pourraient ne pas être efficaces, alerte l’agence de sécurité sanitaire dans un avis rendu mercredi 18 juillet. Il n’y a pas suffisamment de données "attestant d’un bénéfice pour la santé" de ces protections "en conditions réelles d’utilisation". Autre hic, selon l’ANSES : ce type d'équipement "peut donner un faux sentiment de protection à son utilisateur et entraîner des comportements conduisant éventuellement à une surexposition aux polluants". Le véritable problème, rappelle l’organisme, est la pollution atmosphérique.

C’est notamment à cette problématique que s’est attaqué le gouvernement en dévoilant, ce vendredi matin, de premières mesures pour la mobilité, en amont de la future loi d’orientation sur les mobilités. Parmi les actions présentées pour favoriser les alternatives à la voiture individuelle : la mise en place obligatoire de zones à faibles émissions (ZFE) où la circulation de véhicules polluants sera restreinte dans les zones les plus polluées (notamment Marseille-Aix, Nice ou Lyon) d’ici 2020, l’accélération du déploiement des véhicules électriques ou la volonté de favoriser le covoiturage. En revanche, aucune annonce concernant le plan vélo. Ce sera pour la rentrée a priori, a annoncé la ministre des Transports.