Environnement

Le World CleanUp Day, une journée pour nettoyer la planète

World CleanUp Day 2015, en Albanie
©World CleanUp Day

Le World CleanUp Day rassemble chaque année 5 % de la population pour une journée de ménage intensif de la planète bleue. Un moment convivial partagé aux quatre coins du monde, pour le rendre un peu meilleur. Le 15 septembre prochain, la France se greffe au projet pour la première fois.

"Que faites-vous le 15 septembre prochain ?", clame l’équipe française du World CleanUp Day. Et si on profitait de cette journée pour nettoyer la planète, ensemble, dans le monde entier, et dans un moment festif ? « Ce n’est pas une culpabilisation. Le World CleanUp Day, c’est une fête », précise Julien Pilette, président de l'initiative en France.

L’ambition est de synchroniser 5 % de la population mondiale sur une journée, pour nettoyer les plages, les forêts, les lacs, les rues de votre quartier… "Nettoyer un seul pays, ça n’a pas de sens. Il s’agit d’un problème planétaire", argumente Julien Pilette. Le 15 septembre prochain, du Japon jusqu’aux plages hawaiiennes, en passant par la France, le monde devrait retrouver un peu de sa verdure.

Un ménage aux quatre coins du monde

150 pays, aux quatre coins du globe, doivent prendre part à cette journée. Pour la première fois cette année, la France s'intègre au projet. Pour le mener à bien, l’équipe du World CleanUp Day France entend rassembler 3,5 millions de personnes. "Les seules mobilisations de cette ampleur qu'on a pu connaître en France, c'était Charlie Hebdo et la Libération", compare le président. Entreprises, associations, particuliers, enfants, cadres supérieurs ou chômeurs, tout le monde peut faire sa part.

Les participants seront accompagnés dans le tri, le recyclage et la gestion des déchets par une application mobile. Ce ménage connecté permettra d'évaluer l'ampleur du mouvement dans le monde entier. Répartis par équipes et par secteurs, les bénévoles seront invités à prendre des photos et vidéos en temps réel afin de décompter le nombre de déchets ramassés. 

À chaque pays, son enjeu

Julien Pilette précise : "L’idée n’est pas forcement de pérenniser le projet. Finalement, ça n’aurait pas de sens de se dire qu’une fois par an, on nettoie la planète tous ensemble, et le reste du temps, on peut la salir. L’enjeu est de changer les mentalités". Alors à chaque pays, sa tâche : "en France, ce qui pose problème, ce sont les incivilités. Et ce n’est pas du tout le même cas de figure au Gabon par exemple, là-bas, ce sont les institutions pour la gestion des déchets qui manquent. Chaque pays est confronté à des enjeux différents".

Le mouvement a pris racine en Estonie, 10 ans auparavant, avant de prendre cette nouvelle ampleur. En Bulgarie, par exemple, le World CleanUp Day réunit chaque année, depuis 5 ans, 8 % de sa population. Cette journée de nettoyage est devenue une véritable institution pour les Bulgares. 

Prenons conscience et agissons !"

Let's do it, l'association porteuse du projet, rappelle que 8 millions de tonnes de déchets sont déversées chaque année dans nos océans. Selon l’Ademe, la France a produit 345 millions de tonnes de déchets en 2012. « On vit au milieu des déchets, on s’y est habitué et on ne les voit plus. Prenons conscience et agissons ensemble ! », argumente Yael Derhy, coordinatrice générale du World CleanUp Day. Pour y participer, ça se passe par ici, le 15 septembre 2018 !