Environnement

La ville de Paris souhaite "débitumer" ses cours d'école pour s'adapter aux fortes chaleurs

©Maria Sbytova/Shutterstock

Des travaux d'aménagement ont récemment été lancés dans les trois établissements parisiens du groupe scolaire Riblette. L'objectif est de rafraîchir l'atmosphère dans ces espaces très minéraux pour faire face aux épisodes de fortes chaleurs. 

Les cours de récréation des écoles primaires du groupe Riblette à Paris, situées dans les XXème, XVIIIème et XIIème arrondissements, sont actuellement en phase d'aménagement, afin d'en faire des "îlots de fraicheur". Cette expérimentation s'inscrit dans le Plan Climat du Gouvernement ainsi que dans la Stratégie de Résilience de la mairie de Paris. Pendant ces travaux, le revêtement en bitume qui recouvre les cours va être en partie remplacé par des sols poreux. Il est également prévu d'installer des murs végétalisés, des brumisateurs ou encore des fontaines à eau. 

Le bitume, accumulateur de chaleur

Les sols des cours d'école, dont la plupart sont bétonnées ou en bitume, emmagasinent la chaleur pendant la journée et la libèrent la nuit. Cela empêche l'air de refroidir, provoquant des températures étouffantes pendant l'été. Ces cours de récréation sont ce que les urbanistes appellent des "îlots de chaleur urbains" (ICU). Le remplacement du bitume par des sols poreux et évapo-transpirants, allié à une végétalisation des espaces concernés, permettra donc de rafraîchir l'atmosphère, afin de faire face aux températures estivales à Paris, qui pourraient augmenter de 4 à 5 degrés de plus d'ici la fin du siècle selon une étude prévisionnelle de Météo France. La réduction du bitume représente également un autre avantage pour l'environnement, comme l'explique Célia Blauel, adjointe en charge de l'Environnement, dans Le Parisien :

La conséquence, c’est que les eaux s’écoulent moins dans les égouts et ont donc tendance à moins déborder dans la Seine et la polluer."

Dans sa Stratégie de Résilience, la mairie de Paris annonce vouloir aménager la totalité des écoles de la ville d'ici 2030, mais aussi de créer un programme éducatif de sensibilisation aux enjeux du développement durable pour les écoliers.