Environnement

La disparition de la biodiversité menace l'alimentation mondiale

© Fotokostic / Shutterstock

"La perte de la biodiversité pour l'alimentation et l'agriculture compromet sérieusement notre capacité à alimenter et à nourrir une population mondiale en croissance constante", alerte le Directeur général de la FAO, à l'origine du tout premier rapport mondial sur l'état de la biodiversité.

"La biodiversité, si cruciale pour notre alimentation et notre agriculture, disparaît de jour en jour", alerte la FAO dans un rapport publié vendredi 22 février. En s’appuyant sur les informations fournies par 91 pays, l’Organisation des Nations unies pour l’Alimentation et l’Agriculture (FAO en anglais) en a tiré une conclusion alarmante : la biodiversité est en déclin, menaçant alors gravement notre alimentation et l’environnement. Certaines plantes et espèces animales, qui fournissent la population mondiale en nourriture, seraient ainsi menacées d'extinction. Une disparition qui concerne également les micro-organismes (insectes, chauve-souris, oiseaux, coraux, vers de terre, champignons, etc.), essentiels pour la production alimentaire. L’Amérique Latine, les Caraïbes, l’Asie et l’Afrique sont les régions du monde les plus touchées par ce déclin.

L'étude met en cause le changement de l'utilisation et de la gestion des terres et de l’eau, mais également la pollution, la surpêche, le changement climatique, l’augmentation de la population mondiale et l’urbanisation. "La perte de la biodiversité pour l'alimentation et l'agriculture compromet sérieusement notre capacité à alimenter et à nourrir une population mondiale en croissance constante. Cela réduit notre efficacité face aux défis croissants du changement climatique et limite notre capacité à cultiver sans nuire à l’environnement", a déclaré José Graziano da Silva, le Directeur général de la FAO.

Le rapport souligne cependant un intérêt croissant pour une agriculture plus durable : 80 % des 91 pays concernés par l’étude utilisent une ou plusieurs pratiques respectueuses de la biodiversité telles que l’agriculture biologique, la gestion durable des sols, l’agroécologie ou encore l’approche écosystémique de la pêche. Des efforts qui sont tout de même insuffisants selon la FAO, qui appelle les gouvernements à s’engager d’avantage dans la conservation de la biodiversité.