Environnement

Greenpeace dévoile les villes françaises les plus engagées contre la pollution

La piste cyclable des voies sur berge parisiennes a été mise en circulation à l'automne dernier, dans le cadre du "Plan vélo" de la ville.
©Ludovic Marin/AFP

Greenpeace a dévoilé mercredi 27 juin un rapport sur la mobilité durable et la lutte contre la pollution atmosphérique. Douze villes françaises ont été passées au crible. Si dans l'ensemble, les résultats sont assez moyens, Paris, Nantes et Strasbourg se retrouvent en tête de file. Marseille, Nice et Montpellier sont quant à elles à la traîne.

Greenpeace a dévoilé le 27 juin son classement sur la mobilité durable des villes françaises pour réduire la pollution de l'air. Avec l'aide du Réseau Action Climat, l'ONG a évalué douze villes sur quatre critères : les restrictions sur les voitures polluantes, l'offre de transports en commun, la mise en place de réseaux cyclables et les initiatives de sensibilisation des citoyens. Bordeaux, Grenoble, Lille, Lyon, Marseille, Montpellier, Nantes, Nice, Paris, Rennes, Strasbourg et Toulouse ont toutes été évaluées.

Paris et Strasbourg, plutôt bien notées

Globalement, les résultats sont assez moyens, comme le détaille Sarah Fayolle, chargée de campagne Climat et transports pour Greenpeace France, dans Le Parisien : "toutes les villes sont en retard en matière de réduction du trafic automobile et une majorité doit encore mettre en place des mesures courageuses pour réduire ou supprimer les véhicules polluants et accélérer les alternatives à la voiture". Cependant, certaines villes se démarquent : Paris obtient de bons points concernant les politiques mises en place contre les véhicules polluants, tandis que Strasbourg remporte la palme en matière de ville cyclable

Lille, Montpellier, Marseille et Nice figurent en bas de la liste. Ces villes "font figure de lanternes rouges et n'en sont même pas au stade de l'engagement sur une sortie du tout-voiture", déplore Greenpeace