Environnement

Qualité de l'air des villes européennes : Paris, ville cancre ?

©Jean-Pierre Muller/AFP

Greenpeace et l'Institut  Wuppertal ont dévoilé, mardi 22 mai, le classement des villes européennes en matière de mobilité et de qualité de l'air. La capitale française arrive en septième position.

Le classement sur la qualité de l'air et la mobilité des villes européennes, établi par Greenpeace avec l'aide de l'Institut Wuppertal, n'est pas vraiment réjouissant. Les chercheurs ont attribué des notes sur 100 aux treize villes en compétition. Ces notes représentant la moyenne de ces cinq catégories : les transports publics (densité de stations, pourcentage des trajets, prix du billet), la sécurité routière (accidents, décès de cyclistes et de piétons), la qualité de l’air (exposition au dioxyde d’azote et aux particules fines), la gestion des déplacements (embouteillages, prix des parkings, vélos et autos partagés, zones à basse émission) et les mobilités actives (déplacements à pied ou à vélo, espaces verts dans la ville). Paris obtient la petite moyenne de 38,75/100, se classant ainsi en septième position, rapporte Le Monde.

Qualité de l'air alarmante dans la capitale

La capitale a de quoi se "rassurer", puisque seul le trio de tête obtient la moyenne de justesse : Copenhague, Amsterdam et Oslo, avec respectivement 57, 55 et 50/100. Si Paris est plutôt bien notée en termes de transports publics (en deuxième position derrière Zurich), la qualité de l'air, principal cheval de bataille du mandat Hidalgo, reste son point noir (avant-dernière position devant Moscou). Avec Rome en grande perdante du classement, Paris détrône de peu Bruxelles, Budapest, Berlin, Londres et Moscou.