Abonnez-vous

à toute l'info durable !

En vous abonnant, vous acceptez notre politique de confidentialité.

reportage

Fondation Tara Océan : "Au lieu de jeter les sacs plastiques, mieux vaut les manger"

Du long de ses 36 mètres, la goélette Tara - de la fondation Tara Océan - sillonne les mers et océans du monde entier pour mieux les protéger. Étude du plancton, du corail ou encore de la pollution aux microplastiques : les trois principales missions de la fondation sont en premier lieu la recherche, mais aussi la sensibilisation et le lobbying pour influencer les décideurs du monde entier. Entretien avec le capitaine du bateau Martin Hertau.

36 mètres de long, 10 mètres de large, deux mats et l'équivalent de 11 tours du monde à son actif. La goélette "Tara" sillonne les eaux du globe depuis 17 ans pour étudier leur état de santé, sensibiliser les citoyens à leur protection et rapporter les résultats de ses recherches aux autorités mondiales en vue d'influencer les décisions. Telles sont les trois missions que s'impose la fondation éponyme Tara Océan

Nous avons coutume de dire qu'au lieu de jeter les sacs plastiques, il vaut mieux les manger directement tant l'impact est énorme.

En chiffre, la goélette a permis de ramener à terre quelque 150 000 échantillons prélevés en mer depuis ses débuts. Parmi eux, du plancton, des morceaux de corail ou encore de microplastiques. "Le problème du microplastique, outre le déchet lui-même, est que le plancton le colonise. D'une part, il devient une espèce invasive et d'autre part, il finit dans nos assiettes. Nous avons coutume de dire qu'au lieu de jeter les sacs plastiques, il vaut mieux les manger directement tant l'impact est énorme. En huit mois de mission, nous avons fait 300 traits de filet dans lesquels on a ramené du plastique partout", alerte Martin Hertau, capitaine du bateau, à propos de la mission menée en 2014 par la fondation en mer Méditerranée

Cap sur la prochaine expédition

Après des mois passés à quai sur la Seine parisienne, quelques rendez-vous manqués pour cause de confinement et de nombreuses visites de riverains entre le pont Alexandre III et le pont des Invalides, Tara repartira en mer d'ici octobre pour une nouvelle mission - si les conditions sanitaires le permettent. Avant l'heure du grand départ, ID a visité les coulisses de ce bateau hors normes, gardien des océans.

Vous avez apprécié cette information ? Abonnez-vous à notre newsletter en cliquant ici ! 

Pour aller plus loin et agir à votre échelle, découvrez notre  guide pratique «  La mode éthique dans nos dressings  ». 

Au sommaire :  interviews, quiz, conseils et astuces… 68 pages de solutions pour  se  mettre à la mode éthique ! 

©ID, l'Info Durable

Pour en savoir plus  et commander votre guide,  c’est par ici. 

Merci ! #TousActeurs.