Abonnez-vous

En vous abonnant, vous acceptez notre politique de confidentialité.

Environnement

Philippe Mayol : "Face à la crise écologique, économique et sociale que nous traversons, il est urgent de changer de modèle"

Philippe Mayol, directeur de Fondation Terre Solidaire.
© DR

Entretien avec Philippe Mayol, directeur de la Fondation Terre Solidaire qui soutient, entre autres, des initiatives citoyennes en faveur de la transition écologique et solidaire. Il revient sur les missions de la Fondation, et sur l'importance de valoriser la recherche dans le domaine de la transition écologique.

Vous avez organisé un prix des initiatives citoyennes. En quoi cela consiste-t-il ?

Face à la crise écologique, économique et sociale que nous traversons, il est urgent de changer de modèle. La Fondation Terre Solidaire, depuis sa création en 2016, identifie, soutient et favorise la diffusion de projets alternatifs audacieux et plus respectueux de la nature en France et à l’international, afin de promouvoir et d’accélérer la transition écologique et solidaire. Elle accompagne et diffuse les travaux de femmes et d’hommes qui expérimentent de nouveaux modes de production, de consommation et de vivre ensemble. 

Le Prix " Ils changent le monde" a été créé par la Fondation Terre Solidaire en 2020 afin de soutenir les initiatives citoyennes en faveur de la transition écologique et solidaire, et les mettre en lumière auprès du grand public. 

Plus qu’un concours, il s’agit d’un appel à témoins, révélant des démarches, souvent locales, contribuant au respect de l’environnement et de la planète mais qui grâce à l’imagination et à la détermination de leurs promoteurs, peuvent se révéler, à leur échelle, des solutions pour l’avenir. 

Ce prix récompense chaque année quatre initiatives citoyennes en faveur de la transition écologique et solidaire avec une volonté marquée pour l’édition 2022 d’être au bénéfice des acteurs qui inventent de nouveaux modèles économiques. 

Les candidats avaient plus d’un mois pour déposer leur candidature en ligne. Un jury composé d’une dizaine de membres a ensuite sélectionné quinze candidats parmi les dossiers reçus. Le public a ensuite pu voter en ligne et attribuer l’autre moitié de la note. 

Les lauréats ont été dévoilé mardi 29 novembre, lors du Giving Tuesday, journée mondiale célébrant l’engagement et la générosité. 

Il y a aussi un prix de thèse. Faut-il soutenir et valoriser la recherche dans le domaine de la transition écologique ? 

La mission sociale de la Fondation Terre Solidaire a pour ambition de participer à la construction d’une société qui conçoit le progrès et le développement économique et social d’une façon respectueuse de la nature, des femmes et des hommes et des limites planétaires.  

Pour cela il est nécessaire de soutenir des études ou des recherches qui approfondissent des problématiques et des concepts indispensables pour accélérer la transition écologique de nos sociétés. L’enjeu est ensuite de rendre accessible ces productions de connaissances aux initiatives citoyennes locales pour qu’elles puissent s’enrichir de ces connaissances pour renforcer l’impact social et environnemental de leurs recherche-actions et leurs expérimentations locales. 

Dans un contexte institutionnel scientifique et académique où les doctorants et récents docteurs sont incités à privilégier des valorisations académiques ou commerciales de leurs travaux, la Fondation Terre Solidaire veut encourager les docteurs qui font l'effort de mettre leur recherche de thèse au service des acteurs d’intérêt général.  

C'est dans cette visée qu'elle s'est engagée depuis 2021 dans l'organisation d'un Prix pour récompenser des travaux de thèse contribuant à améliorer les réflexions, réalisations et solutions des acteurs concernés par la mise en œuvre d'une transition écologique juste et solidaire en France. Ce prix vise à encourager de récents docteurs ayant réalisé leur thèse, tous secteurs disciplinaires confondus, en partenariat avec des acteurs de la transition écologique (associations citoyennes, syndicats, organisations de l'économie sociale et solidaire, collectivités, organismes publics, etc.) ou ayant fait l'effort de dégager des enseignements pour l'action à partir de leurs travaux doctoraux. Leur recherche doit avoir traité d'enjeux relatifs à la transition écologique, dans le contexte français, avec une attention aux situations d'inégalités ou de discriminations afin de favoriser la concrétisation des objectifs de justice sociale et environnementale. 

Deux éditions ont été organisées (2021 et 2022) et une 3ème est prévue pour 2023 (appel à candidature paraîtra début juin).  

Ce prix a pour originalité les points suivants. A ce jour, en France, il n’existe pas de prix de thèse spécifiquement dédié aux enjeux de la transition écologique et solidaire. Par ailleurs, il existe peu de prix de thèse valorisant un effort de rendre accessible les connaissances produites aux acteurs d’intérêt général.

Comment expliquez-vous le manque de travaux sur ce domaine qui est aussi présent dans le quotidien des français ? 

Les raisons sont multiples et sont déjà bien documentées. Elles sont principalement liées à la manière dont la recherche est organisée et financée en France. Le manque de financement publics, la manière dont sont effectués les choix scientifiques et techniques et les contraintes qui pèsent sur les chercheurs pour pérenniser leurs moyens de recherche expliquent ces décalages avec les besoins des acteurs de terrain. 

Vous soutenez les initiatives sur le terrain. La puissance publique n’est-elle pas le bon niveau ? 

D’une façon générale, et au regard des enjeux rappelés par exemple par le GIEC, il y a un manque criant de financements publics et privés pour soutenir les initiatives de terrain qui expérimentent au sein des territoires de nouvelles manières de faire société d’une façon solidaire et écologiquement responsable. Pour le seul secteur des fondations en France, il est estimé que seuls 4 à 5% des financements mobilisés le sont pour ce type de projets (cf. rapport 2021 de l’Observatoire de la philanthropie). 

En outre, la majorité des initiatives locales sont naissantes ou au stade de l’expérimentation. Une étape essentielle dans le développement d’un projet mais difficilement finançable compte tenu des critères adoptés par la majorité des financeurs publics et privés. En effet, pour beaucoup de ces projets, il leur est difficile de faire la preuve de leurs impacts compte tenu de leurs démarches très expérimentales. Pourtant ces recherches-actions sont essentielles car percusseuses de dynamiques futures avec un réel impact sur les territoires.  

Vous avez quelques exemples d’initiatives remarquables que vous avez soutenues ? 

Dans le cadre du Prix "Ils changent le monde" en 2021, nous avons soutenu l'association Tremplin'J qui a pour objectif de lutter contre l’orientation subie des jeunes de 16 à 30 ans, encore exacerbée dans les quartiers populaires. Elle propose à des étudiants en manque d’orientation, des jeunes sortis d’études en difficultés d’insertion ou simplement curieux d’entreprendre, de participer à un parcours d’initiation à l’entrepreneuriat. Pendant quatre semaines, ils vont travailler au lancement d’une coopérative éphémère à impact : vente de confitures à partir de fruits invendus, fleurs séchées locales… Ils vont porter le projet de A à Z : montage du budget, production, communication, vente, bilan…jusqu’au partage des bénéfices !

Chacun y trouve sa place, avec une pédagogie qui s’appuie sur l’entreprenariat coopératif, le développement personnel et la pratique artistique. Cette activité éphémère bien ancrée dans l’économie sociale et solidaire a aussi le mérite de leur montrer la place active qu’ils peuvent avoir dans la transition écologique et sociale à leur niveau. Plus que ça, cette première expérience entrepreneuriale leur permet de développer leur autonomie, leur confiance en eux et leur esprit d’initiative, pour se lancer dans le monde professionnel. 

L’association s’adresse à des jeunes qui peuvent être en difficulté d’insertion et dans des contextes sociaux compliqués. Ces jeunes ne sont pas ceux qui vont manifester dans la rue pour le climat, mais sont tout autant intéressés par la transition écologique et s’investissent de façon concrète dans un projet à impact positif proposé par l’association. Tremplin’ fait donc ce lien important entre écologie et social. 

Autre exemple : Le projet Fleurs d’Halage qui a pour ambition de développer une filière de la fleur française avec un modèle de production et de distribution solidaire, répondant aux enjeux sociaux et environnementaux du territoire. Fort de son succès jusqu’à présent, Fleurs d’Halage souhaite aujourd’hui continuer de développer le potentiel de la fleur solidaire en se développant sur d’autres territoires. En capitalisant sur son expertise solidaire et écologique en fleurs coupées, la création d’un organe de conseil, d’études et de formation à destination des horticulteurs en création ou installés et des collectivités locales qui souhaitent développer l’activité est également envisagée. 

Enfin, nous avons primé en 2022 Thimothée Parrique, économiste écologique pour sa thèse "The political economy of degrowth". Dans un contexte marqué par les conséquences de la guerre en Ukraine, le changement climatique et les conséquences sociales et économiques de l’épidémie du COVID 19, nous avons besoin d’alternatives économiques. Le Jury du Prix de thèse de la Fondation Terre Solidaire a souhaité primer ce travail qui a le grand intérêt de théoriser l’option de la décroissance qui est toujours restée en périphérie des débats publics.

La décroissance est un concept souvent mal compris par les économistes et le public en général. La qualité du travail de Timothée Parrique est de clarifier l’histoire du concept, ses fondations philosophiques, ses implications économiques, ainsi que ses controverses. L’intérêt de ce travail est également de faire l’inventaire des actions qu’on trouve dans la littérature décroissante (e.g., réduction de temps de travail, quotas carbones, garantie de l’emploi, monnaies complémentaires, réformes bancaires, taxes sur les revenus et les richesses). En outre, les efforts réalisés par Timothée Parrique pour rendre accessible au plus grand nombre ces notions complexes ont été fortement appréciés par le jury. 

Vous avez apprécié cette information ? Abonnez-vous à notre newsletter en cliquant ici ! 

Pour aller plus loin et agir à votre échelle, découvrez notre guide Idées Pratiques #11 : "Tout savoir sur l'alimentation bio".

Au sommaire : enjeux, analyses, entretien décryptages... 68 pages pour démêler le vrai du faux du bio !

Cliquez ici pour découvrir et commander votre guide Idées Pratiques.

#TousActeurs 

 

A lire aussi
Poster un commentaire
Vous devez être connecté pour poster un commentaire.
Déjà membre ? Je me connecte.
Je ne suis pas encore membre, Je crée mon compte.