Abonnez-vous

En vous abonnant, vous acceptez notre politique de confidentialité.

Environnement

En Corse, une enquête alarmante sur la pollution de l'air causée par les navires

©Bjoern Wylezich/Shutterstock

La fédération France Nature Environnement a publié le 25 juillet une enquête sur la pollution de l'air causée par les navires. L'association a mesuré les quantités de polluants présents dans l'air au niveau des ports de Bastia et d'Ajaccio.

L'association France Nature Environnent a présenté le 25 juillet les résultats de son enquête sur la pollution de l'air causée par les navires, menée en partenariat avec les experts de l'association allemande NABU. Après avoir mené des recherches à Marseille pendant deux ans, son équipe s'est rendue à Ajaccio et à Bastia, dont les ports sont largement fréquentés par des ferries et navires de croisière. Ces moyens de transport utilisent des carburants très polluants, non-raffinés et soufrés. Les mesures recueillies par l'association concernent en particulier les particules ultrafines présentes dans l'air. Sous forme de composants solides microscopiques, elles représentent une menace pour la santé humaine et pour l'environnement. 

Des pics de pollution impressionnants

A Bastia, France Nature Environnement a établi un seuil témoin pour pouvoir comparer ses différents relevés. Les spécialistes se sont placés au niveau de la zone portuaire et ont calculé une teneur de 2000 particules ultrafines par centimètre cube, une mesure qui représente la pollution de l'air sans l'influence du trafic routier et hors horaires d'affluence des navires. En réitérant l'expérience pendant le départ ou l'arrivée de ferries, il ont constaté une quantité de 75 000 particules ultrafines par centimètre cube, soit 37,5 fois plus de pollution. En faisant une mesure à bord d'un ferry qui accélère, la fédération aobtenu un pic de 230 000 particules par centimètre cube, soit une pollution multipliée par 100

Une urgence d'agir

France Nature Environnement tient à alerter dans sa publication sur les dangers que représentent ces polluants pour la santé des travailleurs du port et des riverains. Ces émissions peuvent être à l'origine de dégradations respiratoires et cardio-vasculaires. L'association propose plusieurs solutions pour diminuer cette pollution, comme le développement de carburants alternatifs tels que le gaz naturel liquéfié. Elle appelle également à installer des systèmes d'alimentation électrique à quai pour éviter aux navires de brûler du carburant quand ils stationnent dans les ports. 

Bon à savoir :

France Nature Environnement rappelle que 60 000 personnes meurent chaque année de la pollution de l'air du transport maritime en Europe (selon le bilan d'une étude de l’université de Rostock et le centre de recherche sur l’environnement allemand Helmholzzentrum Munich publiée en 2015).