Environnement

Émissions de CO2 des véhicules : le Conseil se prononce pour une réduction de 35 % d'ici 2030

©Gwoeii/Shutterstock

Le Conseil des ministres européen s’est prononcé, dans la nuit du 9 au 10 octobre, pour une réduction des émissions de CO2 des véhicules neufs à hauteur de 35 % d’ici 2030.

Pour la Commission européenne, une réduction de 30 % des émissions de CO2 des véhicules d’ici 2030 est suffisante. Le Parlement a opté, le 3 octobre, pour une mesure plus drastique avec un objectif de baisse de 40 % des émissions d’ici 2030. C’était cette semaine au tour du Conseil européen de se prononcer. Réunis le 9 octobre 2018, les ministres de l’Environnement européens ont opté pour une position intermédiaire en s’accordant sur une baisse des émissions de CO2 à hauteur de 35 % pour les voitures en 2030. Un palier intermédiaire à hauteur de 15 % pour 2020 a également été proposé par le Conseil. Étape suivante : des négociations entre le Conseil, le Parlement et le la Commission qui devront accorder leurs violons pour adopter une position commune d’ici la fin de l’année.

Une position contestée

Une position que l'association européenne des constructeurs automobiles (ACEA) voudrait moins stricte : "Bien que les niveaux de réductions de CO2 sur lesquels les États membres se sont accordés hier sont moins agressifs que ceux votés par le Parlement la semaine dernière, ils risquent encore d’avoir un impact négatif sur la compétitivité de l’industrie, les travailleurs et consommateurs", a précisé Erik Jonnaert, le secrétaire général de l’association dans un communiqué daté du 10 octobre.

Réseau Action Climat, de son côté, s’appuie sur le rapport alarmant du GIEC (Groupe International d’Experts pour le Climat) rendu public le 8 octobre pour demander la mise en place de mesures fortes afin de réduire l’émission des gaz à effet de serre. L’association précise ainsi "qu’un respect strict de l’accord de Paris et de l’objectif 1,5 °C exigerait une réduction des émissions de CO2 d’au moins 70 % pour les voitures et de 50 % pour les poids lourds à l’horizon 2030."