Environnement

Déforestation : un orang-outan rend visite à Mondelez à Londres pour dénoncer ses pratiques

©Chris J Ratcliffe/Greenpeace

Après avoir dénoncé la semaine dernière les pratiques de Mondelez, le fabricant des biscuits Oreo, s’agissant de l’approvisionnement en huile de palme non durable, les militants de Greenpeace UK se sont rendus, accompagnés d’un orang-outan factice, devant les locaux de Mondelez à Londres.

L’orang-outan est décidément sous le feu des projecteurs ces derniers jours. La semaine dernière, il était la vedette d’un spot publicitaire anti-huile de palme interdit à la diffusion en Grande-Bretagne, mais devenu viral sur les réseaux sociaux. Ce lundi matin, il s’est invité devant le siège londonien de Mondelez – le fabricant des biscuits Oreo - en compagnie d’une trentaine d’autres militants de Greenpeace, qui y ont recréé une forêt tropicale dévastée. L’objectif : demander à l’entreprise de cesser de participer à la déforestation due à la culture d’huile de palme non durable, et de cesser en particulier de s’approvisionner auprès de Wilmar, le plus grand négociant d’huile de palme au monde.

L’association dénonçait dès la semaine dernière les pratiques des fournisseurs du géant de l’agroalimentaire qui auraient détruit, entre 2015 et 2017, 70 000 hectares de forêt tropicale, dont 25 000 abritant des orang-outans afin d’y cultiver de l’huile de palme. Mondelez s’était pourtant engagé il y a près de 10 ans à ne s’approvisionner en 2020 qu’auprès de producteurs d’huile de palme qui ne contribuent pas à la déforestation, précise l’organisme. En France, des rassemblements ont eu lieu samedi 17 novembre dans 25 villes. Aux États-Unis, des militants de l’association ont livré, le 14 novembre, un Oreo géant devant le siège international à Chicago, pour protester contre ces pratiques.