ID D'AILLEURS

Côte d’Ivoire : des résidus de cacao convertis en électricité

©Valentyn Volkov/Shutterstock

La Côte d’Ivoire a annoncé qu’elle allait construire une centrale électrique à biomasse, alimentée par les déchets issus de la production de cacao. 

Les résidus comme les cabosses vidées et les fèves inutilisables seront incinérés afin d’alimenter la centrale. La quantité de ces déchets est estimée à 26 millions de tonnes par an selon Yapi Ogou, directeur général de la SODEN, la Société Ivoirienne des Energies Nouvelles (dont les propos sont rapportés sur la plateforme en ligne "Sortir du nucléaire"). Ces déchets ne seront plus brûlés en plein air mais dans une chaudière adaptée, ce qui permettra d’économiser 250 000 tonnes d’émissions de CO2 par an toujours selon Monsieur Ogou. De plus, la proximité de la centrale avec les champs de cacao réduira le coût et la pollution liés au transport. D’après Afrique 21, cette initiative contribuera donc à valoriser les déchets mais aussi à améliorer le bilan carbone de la filière de production. 

Le projet est dirigé par la SODEN mais les études techniques de faisabilité (qui devraient se terminer en 2019) ont été financées par l’Agence Américaine pour le Commerce et le Développement (USTDA). La centrale - qui représente un investissement de 154 milliards de francs CFA (235 millions d’euros) selon l’agence Reuters - devrait ouvrir en 2023, dans la région de Divo. Neuf autres centrales pourraient ensuite être construites dans le pays. 

Ce n’est que le début – je considère ce projet comme le premier et il y en aura d’autres. Il créera des emplois, de nouvelles opportunités pour les agriculteurs et pour l’économie du cacao. Cela contribuera non seulement à garantir la sécurité énergétique de la Côte d’Ivoire mais aidera aussi à atteindre l’objectif fixé lors de la COP21 de réduire nos émissions de CO2 de 28 %." Yapi Ogou, cité dans le communiqué de presse de l’USTDA.