ID d'ailleurs

Tunisie : une ferme produit du bio-carburant avec des déchets agro-forestiers

Verger d'oliviers en Tunisie
©3D_creation / Shutterstock

La ferme Chanouf située à Manouba dans la banlieue de Tunis a mis en place une unité de recyclage des déchets agro-forestiers. Ces résidus végétaux sont transformés en briquettes de charbon, une alternative durable au bois de chauffage.

La production du bois de chauffage est en grande partie responsable de la déforestation et les déchets forestiers sont un danger potentiel pour l'environnement car ils peuvent propager des incendies. La société Chanouf Farm-Biofire est une entreprise familiale tunisienne créée en 2015. Cette ferme, qui cultive des poiriers et des oliviers, a inventé une unité de recyclage des résidus organiques issus de cette culture afin d'en former un bio-carburant

Le processus comporte trois étapes. Les déchets naturels (écorce, feuilles, bois) sont d'abord récoltés, puis ils sont broyés, séchés et pressés. Le résultat obtenu à ce stade est soit sous forme de briquettes de charbon, soit de charbon prêt à l'emploi. Les résidus de charbon sont à nouveau soumis à une forte pression et le reliquat est carbonisé pour fabriquer de la poix, un goudron végétal efficace contre les maladies touchant les arbres fruitiers.

La méthode utilisée pour produire ce charbon végétal est neutre en carbone. En plus d'être respectueuse de l'environnement, elle comporte plusieurs avantages, comme le souligne Radwan Al-Ayadi, directeur de la société, pour le site des Nations Unies :

Notre produit est moins cher que le charbon ordinaire et 30 % moins humide. Il est moins coûteux que le gaz ainsi que d'autres sources d'énergie."

La ferme familiale compte actuellement 12 employés et sollicite également d'autres agriculteurs locaux pour récolter les déchets végétaux. Son activité s'est étendue à la recherche. Une étude est en cours concernant les autres utilisations de la poix, qui possèderait des propriétés d'engrais organique, mais aussi de pesticide naturel

A lire aussi
Commentaires
Par Thierry Richarme - le 16/07/2018

Je pense que c'est une fausse bonne idée, car ces paysans exportent de la matière organique et appauvrissent le sol de leur oliveraie. C'est une vision à court terme.
Avec le réchauffement climatique, les plantes vont avoir besoin de plus de rétention d'eau dans le sol. La matière organique stocke l'eau et celle-çi est donc disponible pour les besoins de la plante.
D'autre part, la matière organique est riche en micro organismes nécessaires à la vie du sol.....donc à la vie des plantes.

Poster un commentaire
Vous devez être connecté pour poster un commentaire.
Déjà membre ? Je me connecte.
Je ne suis pas encore membre, Je crée mon compte.