Environnement

Cosmétiques : l'UE pousse pour la fin des tests sur les animaux dans le monde

©unoL/Shutterstock

Cinq ans après l'interdiction des tests sur animaux pour l'industrie cosmétique sur son territoire, l'Union européenne fait aujourd'hui pression pour que le reste du monde lui emboite le pas.

A quand la fin définitive des tests sur les animaux par l'industrie cosmétique ? C'est la question que posent aujourd'hui les eurodéputés qui ont appelé, via une résolution adoptée jeudi 3 mai, les dirigeants de l'UE et les Etats membres à "soutenir l'opposition des citoyens" et le "développement de méthodes d'expérimentation novatrices et humaines".

Si ces pratiques sont interdites dans l'Union depuis 2013, et que la loi a depuis été étendue aux produits de beauté importés, les élus européens soulignent toutefois les carences d'un système qui pâtit d'une "absence de documentation complète et fiable dans le dossier d'information sur les produits" en ce qui concerne les cosmétiques en provenance de pays tiers.

Alors que l'interdiction imposée par l'UE "n'a pas compromis" le secteur, avec deux millions d'emplois sur le territoire, et qu'elle a conduit à une "intensification des efforts en matière de recherche visant à mettre au point des méthodes d'expérimentation alternatives", les députés exhortent désormais la Commission à mener des campagnes diplomatiques pour convaincre le reste du monde de lui emboiter le pas, afin de parvenir, d'ici 2023, à une interdiction mondiale.

Aujourd'hui, 80 % des pays dans le monde continuent à autoriser l'expérimentation animale et la commercialisation de produits cosmétiques testés sur des animaux, pointe le document.