ID d'ailleurs

Belgique : mise en place d'une zone de basses émissions à Bruxelles

©Ddisq/Shutterstock

Bruxelles freine ses automobilistes. Depuis le premier jour de l’année 2018, les véhicules diesel les plus polluants sont interdits de circulation. Une mesure qui devrait continuer à s’étoffer jusqu’en 2025.

L’objectif est d’améliorer la qualité de l’air dans la commune bruxelloise. La réglementation instaurant une LEZ (Low Emission Zone ou Zone de basses émissions) entre en vigueur et sanctionne les véhicules trop polluants grâce à un réseau de caméras intelligentes.

La mesure concerne pour l’instant les véhicules diesels de norme Euro 0 et 1, les camionnettes jusqu’à 3,5 tonnes, les bus et les autocars. En 2019, elle s’étendra à certains véhicules essence.

Des caméras passent au crible le trafic automobile

Le système de restriction fonctionne par caméras de contrôle qui photographient les plaques d’immatriculation et les transmet à une base de données. Une cinquantaine de caméras sont déjà en place dans la capitale belge sur les 175 attendues d’ici le mois de juin.  

Des amendes à hauteur de 350 euros seront dressées en cas de non-respect de la zone de basses émissions, tandis qu’une période de tolérance de neuf mois est en place. Les premières amendes seront effectives à partir d’octobre 2018.

Toutefois, pour la première année de cette mesure, seuls 0,5 % des automobilistes bruxellois sont concernés. Les restrictions iront crescendo chaque année jusqu’en 2025.