Abonnez-vous

En vous abonnant, vous acceptez notre politique de confidentialité.

HUMEUR

Allain Bougrain-Dubourg : pour en finir avec le transport d'animaux vivants

Allain Bougrain-Dubourg, grand défenseur de la cause animale, président de la Ligue pour la protection des oiseaux.
©XAVIER LEOTY / AFP

Cette croisière n'a rien d'amusante. Le navire pour commencer. Il s'agit majoritairement de bétaillères improvisées, de vieux cargos reconvertis pour entasser des bovins et autres ovins sans que l'élémentaire "bien-être des animaux" soit pris en compte.

Plus de 2000 infractions ont été enregistrées en deux ans pour les 78 navires concernés par l'Union Européenne. Mais aux conditions de transport s'ajoute l'incohérence (le mot est faible) de l'acheminement.

Tout récemment, les ONG Robin des bois, Animal Welfare et Terschutzbund Zurich ont révélé une situation pathétique à laquelle chacun finit par s’accommoder... sauf les animaux. Le calvaire des bovins de l'Elbeik, ce navire sous pavillon du Togo en est l'illustration. 1700 bovins furent embarqués en Espagne pour rejoindre la Libye. Sauf qu'avant leur arrivée, les autorités soupçonnent une fièvre catarrhale à bord et refusent de les accueillir. Après avoir erré durant près de trois mois en Méditerranée, les animaux survivants ont été euthanasiés à leur point de départ.

On se rappelle également des 11 cargos partis de Roumanie et bloqués dans le canal de Suez. À bord, 130 000 animaux condamnés à supporter l’ammoniaque qui brûle les yeux et les poumons. Et que dire du naufrage d'un cargo en mer Noire bondé de bétail ? Sur 14 600 moutons, seuls 180 furent sauvés.

L'eurodéputée Tilly Metz, en charge d'une commission d'enquête initiée par le parlement européen ne mâche pas ses mots dans Le Monde : "L’économie prime sur le bien-être animal (…) le transport maritime est le mouton noir du transport d'animaux vivants", résume t-elle en espérant que la réglementation de 2005, clairement insuffisante, sera revisitée avant 2023.

En attendant, près d'un milliard six cent millions d'animaux sont transportés chaque année par terre ou mer en Europe. L'Académie Vétérinaire de France a également réuni un groupe de travail pour en finir avec "Les nombreuses failles dans le respect des normes minimales et dans leur contrôle".

Au fond, le plus simple ne serait il pas de ne transporter que… des carcasses ?

Vous avez apprécié cette information ? Abonnez-vous à notre newsletter en cliquant ici ! 

Pour aller plus loin et agir à votre échelle, découvrez notre guide pratique « Slow Life : mode d’emploi pour ralentir »

Au sommaire :  tout pour entreprendre un passage à une vie plus douce et apprendre à ralentir dans tous les domaines du quotidien.

Pour en savoir plus et commander votre guide, c’est par ici.

#TousActeurs